View profile

REVUE DE PRESSE BD & CARICATURE Zébra n°30

REVUE DE PRESSE BD & CARICATURE Zébra n°30
By Zébra • Issue #30 • View online
11 Septembre 2021

Brassens, rapproché de l'ours par le caricaturiste Georges Bastia, surnommé le "Buffon de la caricature".
Brassens, rapproché de l'ours par le caricaturiste Georges Bastia, surnommé le "Buffon de la caricature".
Brassens, chanteur provocateur
Le chansonnier Georges Brassens aurait eu cent ans en octobre 2021 ; sa large carrure et son poil brun incitèrent Georges Simoni, alias G. Bastia (1904-1980), à le représenter en ours ; à moins que ce ne fût à cause du caractère bourru du chanteur-compositeur ?
“Montmartre en revue” (avril 2021) publie le témoignage de Gérard Letailleur, qui croisa Brassens quelques fois et qui montre qu'il n'hésitait pas à affronter la “bien-pensance” (le chanteur contemporain Bénabar n'a pas hésité à composer une ode au “politiquement correct”, diffusée en boucle à la radio).
“(…) En 1965, l'un de ces récitals se passa plutôt mal. Il [Brassens] crut bon, ce jeudi-là, d'insérer entre deux de ses anciens succès, deux créations aux antipodes de la bien-pensance. "Les Deux Oncles” où il place dans la même inclination son oncle Martin, “pauvre ami des Tommies” et son oncle Gaston “pauvre ami des Teutons”, auxquels il veut offrir deux myosotis de son jardin en guise de “p'tit forget me not” et de “p'tit vergiss mich nicht”, et “La Tondue”, sombre épisode de l'Epuration où “les braves sans-culottes et les bonnets phrygiens” s'en prennent à “une belle qui couchait avec le roi de Prusse” et la livrent à un tondeur de chien… Témoin de la scène, le poète s'empresse de ramasser l'une des mèches et la porte “comme une fleur à sa boutonnière”, accroche-coeur inattendu, remplaçant à ses yeux la Légion d'Honneur…
Dans la salle, moult quolibets commencèrent à fuser. Georges arrêta immédiatement son tour de chant. Il regarda les détracteurs, prononça quelques mots en bougonnant et quitta la scène. “Y'en a qui resteront toujours aussi c… !” lança-t-il.
J'étais dans les coulisses. En passant devant moi, il esquissa un sourire et marmonna : “On n'est pas là pour se faire engueuler, comme chantait l'ami Boris !” Je le suivis jusqu'à sa loge où l'attendaient déjà “les copains d'abord” dont Raymond Devos et Boby Lapointe.
Belmondo caricaturé par Jijé (en balayeur de rue insolent).
Belmondo caricaturé par Jijé (en balayeur de rue insolent).
La gueule de Belmondo
Jean-Paul Belmondo laisse un tel champ de navets derrière lui qu'on s'attendait plutôt à un éloge funèbre du ministre de l'Agriculture Julien Denormandie.
Créateurs de la série de western “Blueberry”, J.-M. Charlier et Jijé eurent l'idée, pour captiver le public féminin, de prêter à leur héros les traits de ce jeune premier au nez de boxeur. Ils firent de même avec Johnny Hallyday, pour une série qui ne connut pas le même succès que “Blueberry”.
Caricature par Frap (2008).
Caricature par Frap (2008).
La Caricature en marge des lois
Dans un article pour “Legicom” paru en 1995, Basile Ader explique pourquoi et comment le cadre juridique qui autorise la caricature en France n'est pas très… juridique. Il serait plus juste de parler de “coutume”, parfois mise entre parenthèses par le “fait du prince”.
En effet la caricature est une exception à la règle française de protection du “droit à l'image” ; cette exception n'est pas tout-à-fait légale puisqu'elle est “jurisprudentielle”, c'est-à-dire soumise à l'appréciation des juges (qui peuvent être contredits en appel). Les critères de tolérance des juges sont assez flous, puisque la caricature doit à la fois être “humoristique” et ne pas être “outrageante” ; par chance on ne lui demande pas d'être “de bon goût”.
L'article de B. Ader mentionne l'ordre de saisie judiciaire par Giscard d'Estaing d'un jeu de cartes le caricaturant (1976) ; tandis que N. Sarkozy échoua, lui, dans sa tentative d'empêcher la commercialisation d'une poupée vaudou à son effigie ; les juges ont peut-être débouté le président-candidat parce que la candidate adverse avait subi le même sort ?
Que penser des pressions exercées récemment par l'entourage d'E. Macron, si ce n'est par le président lui-même, sur “Siné-Mensuel” et le caricaturiste Solé, qui avait représenté le président de la République en roi cupide ? Faire peser le soupçon d'antisémitisme est à la fois plus efficace et plus sournois qu'un procès.
La méthode de l'étranglement fiscal, visant l'humoriste Dieudonné, est probablement la plus efficace, car elle permet de ne pas entendre la défense du caricaturiste et son avocat. Cette méthode a au moins un précédent : l'étranglement fiscal de “L'Idiot international” de Jean Edern-Hallier par F. Mitterrand. Les suites de cette affaire ont montré que le chef de l'Etat était prêt à s'affranchir complètement des lois pour museler la presse.
Le « Giscarte », le jeu de cartes nancéien saisi par l’Elysée
Cases extraites de "Tintin en Amérique".
Cases extraites de "Tintin en Amérique".
Tintin et Astérix bannis
La décision d'un groupe scolaire canadien de purger sa bibliothèque pour enfants de nombreux albums de bande dessinée, dont des albums de “Tintin” et d’“Astérix & Obélix”, est largement commentée dans la presse et sur les réseaux sociaux.
Le motif invoqué est le caractère diffamatoire ou erroné de ces ouvrages, destinés à la jeunesse. S'il est vrai que “Tintin en Amérique” n'est guère flatteur pour les indigènes Amérindiens, il l'est encore moins vis-à-vis des Etats-Unis, d'une manière générale, présentés comme un peuple de brutes, de gangsters, d'escrocs ou d'ivrognes (les cases extraites ci-dessus sont nettement satiriques).
Ces méthodes ne sont pas nouvelles ; l'Education nationale française les utilise elle aussi, de façon moins spectaculaire mais sans doute mieux coordonnée et plus efficace pour redresser ce qu'elle estime des “préjugés” ; c'est plus gênant en France car l'Education nationale dispose d'un monopole sur les programmes.
Des bibliothèques scolaires brûlent des "Tintin", "Astérix" et "Lucky-Luke"...
Autocollant produit par le "Collectif de la tête de veau" (?)
Autocollant produit par le "Collectif de la tête de veau" (?)
On a peu entendu ou vu des arguments et des caricatures écologistes au cours de la crise sanitaire, bien que l'épidémie de coronavirus soit peut-être une zoonose, comme l'épidémie de sida auparavant, aggravée par le tourisme de masse et tous les déplacements internationaux inutiles.
D'ailleurs la pollution a des conséquences bien plus néfastes que le coronavirus, mais elle ne représente pas le même danger pour les institutions politiques.
Fanzine Zébra n°93 (août-sept. 2021)
Fanzine Zébra n°93 (août-sept. 2021)
Le dernier numéro du fanzine Zébra vient de paraître ! Pour s'y abonner, cliquer sur le lien ci-dessous :
Zébra
Did you enjoy this issue?
Zébra
By Zébra

Revue de presse BD & caricature Zébra hebdomadaire

In order to unsubscribe, click here.
If you were forwarded this newsletter and you like it, you can subscribe here.
Powered by Revue
Fanzine BD & Caricature Zébra : http://fanzine.hautetfort.com