Qu'est-ce qu'une personne ?

#28・
38

Ă©ditions

Abonnez-vous Ă  ma lettre

By subscribing, you agree with Revue’s Conditions d'utilisation and Politique de confidentialitĂ© and understand that La petite newsletter de Philippe will receive your email address.

Philippe
Philippe
Bonjour toi,
Comment vas-tu ?
Je suis encore un peu Ă  la bourre pour t'envoyer ce mail, mais je voulais revenir avec toi sur une discussion eu cette semaine.

Une personne, définition.
1. Individu de l'espĂšce humaine
On voit bien que cela ne fonctionne pas tout le temps. Comme le fait remarquer Catherine Helayel dans sa confĂ©rence Ă  TEDxTours sur les droits des animaux non-humains, les sociĂ©tĂ©s sont aussi des personnes morales. C'est aussi pour les associations, des groupes de personnes, les États. Donc, non, une personne n'est pas seulement un humain.
2. Être humain qui a une conscience claire de lui-mĂȘme et qui agit en consĂ©quence
Fouilla ! Cela voudrait-il dire que je suis plus ou moins une personne suivant mon état d'alcoolémie ou de sommeil, bref de conscience ? Qu'en est-il d'une personne à la naissance ? Ou dans le coma ? Pour les humains, cela pose des questions.
Mais, si on retient juste “qui a une conscience claire de lui-mĂȘme et qui agit en consĂ©quence”, il est Ă©vident que cela peut s'appliquer Ă  des individus d'autres espĂšces : un chien, un chat, pour ne prendre que les espĂšces les plus familiĂšres, ont bien conscience d'eux-mĂȘmes.
3. Être auquel est reconnue la capacitĂ© d'ĂȘtre sujet de droit.
C'est toujours l'objet du talk de Catherine Helayel citĂ© plus haut. Comme le rappelle l'avocate, les humains ne sont pas les seuls Ă  ĂȘtre des sujets de droits :
En droit, prĂ©cise Le Robet, une personne morale est association ou entreprise possĂ©dant la personnalitĂ© morale (opposĂ© à personne physique). Ce n'est donc pas seulement sa capacitĂ© Ă  prendre des dĂ©cisions, Ă  ressentir de la souffrance (CĂ©cilia a Ă©tĂ© libĂ©rĂ©e notamment suite Ă  un traumatisme Ă©motionnel) qui fait qu'un ĂȘtre est une personne. Dit autrement, il ne suffit pas d'exister physiquement, d'ĂȘtre sentient pour ĂȘtre une personne.
Les animaux non-humains, des personnes comme les autres ?
Toutes les personnes ne sont pas des humains, mais qu'est-ce qui empĂȘche que tous les animaux soient des personnes ? Je ne vois pas.
Les animaux non-humains sont aussi des ĂȘtres sentients, capables d'agir par et pour eux-mĂȘmes. Pour rappel, la sentience est, dans le Larousse : pour un ĂȘtre vivant, capacitĂ© Ă  ressentir les Ă©motions, la douleur, le bien-ĂȘtre, etc., et Ă  percevoir de façon subjective son environnement et ses expĂ©riences de vie.
Est-ce parce qu'il ne peut pas dire “je”, “nous”, qu'on ne veut pas voir la personne derriĂšre tout individu de son espĂšce ? Il y a cette expression “il ne lui manque que la parole” qui me revient : est-ce seulement la capacitĂ© de s'exprimer - par quelqu'un d'autre, par exemple, pour les fleuves - qui fait qu'on va considĂ©rer qu'un ĂȘtre sentient est plus ou moins une personne ?
Je viens de retomber sur ce texte de Stefan Sweig :
Le regard d’un animal, en cas de dĂ©tresse extrĂȘme, peut devenir beaucoup plus Ă©mouvant, j’aimerais presque dire beaucoup plus Ă©loquent, que celui d’une ĂȘtre humain, car nous confions aux mots, ces intercesseurs, l’essentiel de nos sentiments, de nos pensĂ©es, tandis que l’animal, qui ne maĂźtrise pas la parole, est obligĂ© de concentrer toute son expression dans sa pupille – jamais je n’ai vu dĂ©sarroi aussi bouleversant et aussi dĂ©sespĂ©rĂ© qu’à ce moment-lĂ  dans le regard indescriptible de Ponto, alors que ses pattes grattaient le bas de ma jupe comme pour demander l’aumĂŽne. 
Mais les animaux ne communiquent pas avec les humains uniquement avec le regard. Qu'on se souvienne de Koko, morte en 2018, qui signait.
Les célÚbres images de Koko, le gorille qui parlait la langue des signes
Les célÚbres images de Koko, le gorille qui parlait la langue des signes
Mais, surtout, les animaux non-humains communiquent entre eux ! La parole n'est pas le seul moyen de communiquer. Les gestes, les comportements, permettent aussi de se faire comprendre. L'Ă©thologie nous donne tant d'exemples et preuves de cela !
Habeas corpus
Dans la deuxiĂšme dĂ©finition, pour une personne, le Robert indique qu'une personne agit en fonction d'elle-mĂȘme. On a bien chez tous les animaux cette action. L'EncyclopĂ©die Universalis nous rappelle que l'Ă©tymologie mĂȘme du mot animal montre que les animaux ne sont pas des ĂȘtres mĂ©caniques.
Il ne serait alors que justice de dire que chaque animal est une personne et, en consĂ©quence, de libĂ©rer ceux qui sont emprisonnĂ©s sans avoir Ă©tĂ© jugĂ©s. En France, l’article 66 de la Constitution de 1958 dit que “Nul ne peut ĂȘtre arbitrairement dĂ©tenu.”
Mais c'est peut-ĂȘtre que c'est cela qui gĂšne nos sociĂ©tĂ©s : si nous disons que les animaux sont des personnes, alors, la consĂ©quence est Ă©vidente. Pourtant, comment pourrait-il en ĂȘtre autrement ?
Passe un bon week-end !
Philippe
Avez-vous aimé ce numéro ? Oui Non
Philippe
Philippe @pcouzon

Il y a une crise climatique et mettre des individus dans des đŸœ n'aide pas. Revue de liens climatiques et antispĂ©cistes. Parce qu'il faut dĂ©carboner nos vies et crĂ©er une sociĂ©tĂ© qui respecte les individus sentients, humains ou non. Objectif : 2TeqCO2/an. Ce n'est pas atteignable avec des voitures individuelles.

Pour vous désabonner, cliquez ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Created with Revue by Twitter.