Voir le profil

Nouvelles Frontières - Numéro #5 - Old School is the new cool!

Bonjour à tous,  C'était il y a quelques semaines. Alors que le Ministre se disait que tout de même l
Hors Programme
Nouvelles Frontières - Numéro #5 - Old School is the new cool!
Par Matthieu Chereau • Numéro #5 • Consulter en ligne
Bonjour à tous, 
C'était il y a quelques semaines. Alors que le Ministre se disait que tout de même les humanités c'est important, et relancait l'enseignement du latin et du grec (voir le rapport qui lui a été remis il y a peu), je choisissais d'enquêter sur le programme proposé au sein de l'école (relativement) secréte d'Elon Musk, Ad Astra (merci Sarah pour l'info !). Une école créée par quelqu'un qui incarne à lui seul le futur, dans ce qu'il a de plus innovant et démesuré. Entre l'école qui se tourne vers le passé, et celle qui se projette dans l'avenir, c'est le grand écart. 
Et si les deux avaient plus de points communs qu'on le pense ?
Aujourd'hui je reviens sur le cas de deux écoles americaines particuliérement “old school”, en détaillant leurs programme et en montrant en quoi elles sont plus que jamais modernes. 

Deep Springs : retour à la ferme
A propos de Deep Springs College
Retour à la ferme diraient certains, ou l'école à la ferme. C'est la ferme pour les enfants de Rabi, pour les plus grands. Le principe d'autogestion est bien connu, et existe aussi en France. Celestin Freinet y est pour beaucoup (voir ce papier sur l'autogestion), de même qu'Auguste Decroly d'une certaine maniére. Mais cela reste marginal. Et puis il y a le travail manuel : faire soit même, tout. 
L'intérêt de devoir faire et gérer tout soit-même pour la premiére fois est que l'on fait forcément beaucoup d'erreurs, et que c'est  vecteur d'apprentissage accéléré. “Le futur de l'apprentissage réside-t-il dans le fait de faire ?” titre un article du World Economic Forum. Nous y voilà.
Self-governement c'est aussi l'apprentissage de la démocratie participative, donc du débat d'idées, ce qui nous ramène aux grecs. Echanger des idées, les questionner et se positionner en faisant preuve de discernement, voilà qui résonne fortement avec notre actualité, et le fera plus encore demain.
St. John's college : connaître la connaissance
The value of a liberal arts education in the modern world — Quartz
Au-delà de l'enseignement de ces différentes matiéres, un fil rouge : les élèves suivent les traces des penseurs et des scientifiques, questionnant les idées, cheminant de théorie en théorie en prenant autant en compte celles qui se sont révélées fausses et celles qui sont (encore) considérées comme exactes. Ils n'apprennent pas, ils cheminent dans la connaissance, suivant les soubresauts d'une histoire jamais rectiligne.
“This curriculum is carefully designed not only to build knowledge, but also to understand how knowledge is ultimately created; it is teaching students how to learn. In this respect, St. John’s students de facto major in epistemology. And for those of us who never studied Ancient Greek (a St. John’s requirement for two years), epistemology is the philosophy of knowledge, or the investigation of what distinguishes substantiated and supportable belief from mere opinion. Now that sounds like it could come in handy these days.”
Il faut apprendre à connaitre la connaissance disait Morin dans “Enseigner à vivre”, Morin ce fervent promoteur d'une éducation nouvelle…
Mais cela prépare-t-il pour autant à la société d'aujourd'hui ? C'est tout la question qu'on se pose.
“Josh Rogers, Annapolis class of 1998, told me St. John’s boosted his “why not me?” personality trait, and explained how it freed him to believe he could think up novel ideas like those that he read about. And he did. Within a few years of graduating St. John’s, Rogers – with no formal coding or computer training—filed 16 patentable applications embedded in many popular websites. He then founded his own financial services company with more than 150 employees.”
Au-delà de la question de l'emploi, la lecture de cet article fascinant de Quartz nous convaint qu'une école est avant tout l'occasion de former un esprit libre, qui exerce cette liberté en tout, tout le temps.    
Je vous quitte en partageant avec vous ce délicieux podcast, où il est question d'Ovide et de ses métamorphoses. Vous verrez ça vous parlera bien plus que vous ne le pensez !
Quel avenir pour Ovide?
J'en profite pour vous annoncer la sortie à l'automne prochain d'un livre que je consacre au sujet de cette lettre. C'est un projet ambitieux, auquel je suis trés heureux de m'atteler sérieusement, et sur lequel je reviendrai en détail dans quelques mois.
Je lance par ailleurs dans les prochaines semaines un nouveau service qui s'adresse tout particuliérement aux parents. Ca s'appelle Cheery, et je suis sûr que ça va vous plaire !
Excellent week-end à vous,
Matthieu
Avez-vous aimé ce numéro ?
Matthieu Chereau

Hors-programme ? Parce que nul ne sait de quoi demain sera fait, que l'avenir de nos enfants se joue en partie en dehors de l'école, et que l'école elle-même revoit ses méthodes et ses programmes.

Chaque semaine, je traite d'une idée en quelques liens pour voir comment aujourd'hui nous pouvons préparer nos enfants à demain.

Si vous ne voulez plus recevoir les prochaines mises à jour, vous pouvez vous désabonner ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Propulsé par Revue