Voir le profil

Hors Programme - Souffler un peu #25

Bonjour à tous, Beaucoup d'entre vous sont sans doute en vacances. Pour certains, c'est l'occasion de
Hors Programme
Hors Programme - Souffler un peu #25
Par Matthieu Chereau • Numéro #25 • Consulter en ligne
Bonjour à tous,
Beaucoup d'entre vous sont sans doute en vacances. Pour certains, c'est l'occasion de traîner et de souffler un peu, pour d'autres au contraire, il faut maximiser le temps de la famille en faisant le plein d'activités. Apprendre aux enfants à faire des choses, leur faire rencontrer des amis, sortir ensemble etc.
Ayant grandit dans une famille de ce genre, j'avoue fonctionner comme cela. Je vois bien à la fois les avantages et les limites du modèle selon l'âge des enfants. Un article du NY Times revenait récemment sur ce sujet, que je voudrais partager avec vous.

🧠 Un produit à optimiser
Dans cet article, Jess Row revient sur la nécessité qu'expriment certains parents de superviser la vie entière de leurs enfants. Il décrit cela en ces termes, que je trouve assez justes :
“Anxious parenting is an optimization economy with no upper limit, which turns every second of a child’s life, in and out of school, into a commodity”.
J'ai le sentiment que tout conspire aujourd'hui à rendre les parents plus inquiets, mais aussi à faire de nos enfants des produits de consommation courante. Des objets de contrôle, plus que des personnes libres. Le free range parenting s'inscrit contre cette tendance, en accordant à l'enfant un espace de liberté non surveillée. Cette approche reconnaît aussi à l'enfant le droit d'avoir un temps libre non surveillé, qui a autant d'importance si ne n'est plus que les autres activités. Un temps qui lui permet de cultiver sa vie intérieure. Une vie qui plus tard constituera une partie de son identité.
👀 Une question de sécurité
Plus loin, Jess Row parle de sa fille adolescente et du fait que rien de ses activités ne lui échappe. L'anxiété des parents atteint à cet âge là son paroxysme : les risques se multiplient et sont, avec le web, potentiellement infinis. Le contrôle se fait plus pressant :
“Teenage kids seem to accept, reluctantly, that the price of having a social life is having their parents one step away from everything they do, sharing the same accounts, playlists, search histories.”
La question reste la même : quel espace faut-il accorder aux enfants pour leur permettre de penser, s'exprimer et parfois échanger dans le calme et l'intimité ? La réponse évidemment réside dans la confiance : traiter les enfants comme des bêtes est la plus sûre manière de les faire se comporter comme des bêtes. Leur faire confiance, c'est leur reconnaître cette part d'humanité qui requiert une liberté non négociable.
Bon dimanche à tous,
Matthieu
Ps : si vous avez manqué la semaine dernière les aventures d'Esther et Antonin avec leurs parents et leurs grands-parents, il n'est pas trop tard pour dévorer leur petit journal illustré.
Avez-vous aimé ce numéro ?
Matthieu Chereau

Hors-programme ? Parce que nul ne sait de quoi demain sera fait, que l'avenir de nos enfants se joue en partie en dehors de l'école, et que l'école elle-même revoit ses méthodes et ses programmes.

Chaque semaine, je traite d'une idée en quelques liens pour voir comment aujourd'hui nous pouvons préparer nos enfants à demain.

Si vous ne voulez plus recevoir les prochaines mises à jour, vous pouvez vous désabonner ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Propulsé par Revue