Voir le profil

Hors Programme - Faire cours comme si de rien n'était - Numéro #28

Bonjour à tous, Peut-être avez-vous croisé ou entendu quelques étudiants Vendredi manifester pour le
Hors Programme
Hors Programme - Faire cours comme si de rien n'était - Numéro #28
Par Matthieu Chereau • Numéro #28 • Consulter en ligne
Bonjour à tous,
Peut-être avez-vous croisé ou entendu quelques étudiants Vendredi manifester pour le climat. A travers les articles et tribunes écrits sur le sujet, j'ai noté deux choses, sur lesquelles je reviens aujourd'hui rapidement.

Dialogue de sourds
Commençons par une synthèse de l'échange entre les étudiants et le Ministère de la transition écologique.
Les étudiants devant le Ministère : “il est temps de tenir les objectifs sur lesquels vous vous êtes engagés et de vous montrer responsables vis-à-vis de notre génération, enfin.”
François de Ruby : “trés bien, maintenant allez convaincre vos parents”. Brune Poirson : “nous vous avons compris. nous sommes en partie d'accord avec vous.”
Les uns sont en colère, les autres cyniques et impuissants. L'Education Nationale de son côté annonce : “vendredi de 16h à 18h, il y aura dans les lycées des débats sur l'environnement”. On ne sait s'il faut rire ou pleurer.
La position des enseignants...
Du moins celle relayée dans les tribunes du Monde, est on ne peut plus claire, contrairement à celle de leur employeur. Certains comme Ange Ansour plaident pour une autre approche de l'environnement à l'école, d'un point de vue pédagogique. D'autres vont plus loin et disent leur malaise à être solidaires d'une institution qui néglige le sujet plus qu'elle ne le traite.
“Aujourd’hui, écrit Justine Renard, nous pouvons nous demander si nous ne compromettons pas plus l’avenir des élèves en continuant à faire cours comme si de rien n’était.”
Tous les enseignants le disent : le combat pour l'environnement commence à l'école et requiert une réforme profonde. Le plus étonnant dans ce contexte est que les écoles de la transition existent déjà, aux quatre coins du monde, y compris en France, jusqu'au coeur de Paris. Elles ne forment pas des marginaux mais souvent des élites. Qu'attendons-nous pour nous en inspirer ?
Bon dimanche à tous,
Matthieu
PS : j'interviens le 6 Avril prochain au premier salon organisé à Paris par la Fondation par l'Ecole. Faites-moi signe si vous y allez.


Avez-vous aimé ce numéro ?
Matthieu Chereau

Hors-programme ? Parce que nul ne sait de quoi demain sera fait, que l'avenir de nos enfants se joue en partie en dehors de l'école, et que l'école elle-même revoit ses méthodes et ses programmes.

Chaque semaine, je traite d'une idée en quelques liens pour voir comment aujourd'hui nous pouvons préparer nos enfants à demain.

Si vous ne voulez plus recevoir les prochaines mises à jour, vous pouvez vous désabonner ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Propulsé par Revue