Voir le profil

Hors Programme - Des vacances barbares ! #20

Bonsoir à tous, J'espère que vous avez tous passé d'excellentes vacances et que vous être suffisammen
Hors Programme
Hors Programme - Des vacances barbares ! #20
Par Matthieu Chereau • Numéro #20 • Consulter en ligne
Bonsoir à tous,
J'espère que vous avez tous passé d'excellentes vacances et que vous être suffisamment reposés pour placer cette année la barre trés haut en terme de résolutions !
Pour ma part, j'ai choisi de faire l'inverse. Je me suis fixé une résolution, et suis parti en vacances pour (commencer à) la tenir. C'est mon côté pragmatique, et il faut le dire un peu pressé !
Quelle résolution au juste ? Celle de cultiver en famille et dés le plus jeune âge une culture barbare !

Des vacances pas confort du tout !
C'est bien connu, on ne progresse que lorsqu'on sort de sa zone de confort. Cette fois-ci j'ai pris l'idée au pied de la lettre.
Le confort c'est quoi au juste ?
  • avoir une journée entièrement prévisible
  • céder aux habitudes et cultiver l'entre-soi
  • avoir accès sans restriction à des ressources, notamment en terme d’ alimentations
Pourquoi c'est bien de faire sans ?
  • car dans un monde qui bouge, rien n'est plus prévisible
  • on change de jobs, de vie, de lieux etc.
  • on ne déborde plus de ressources, on en manque
Du coup, je me suis mis en tête de partir quelques jours avec femme et enfants dans un désert, sans trop savoir où nous allions dormir, ni ce que nous allions y faire. Un lieu suffisamment isolé pour n'avoir aucun commerce dans un bâtiment dans un périmètre de 30km et aucune route 😥.
Résultat : On eu froid, mais c'était beau, et on a (largement) survécu. Niveau aventure ça n'était pas extrême mais c'est un bon début. Le plus dur reste d'en faire une habitude, et de faire varier le degré d'inconfort jusqu'à ce que cela devienne normal. Tout un programme, mais c'est parti !
Bonne semaine à tous,
Matthieu
PS : en lien avec ce sujet, je songe à cette thèse assez originale de James C. Scott, Professeur à l'université et Yale et auteur de Homo Domesticus, sur les vertus barbares. Le livre entier soutient que l'Etat fut tout sauf une évidence et qu'il aurait pu ne pas s'imposer comme la norme. Qu'avec lui est allé de pair une forme de dégénérescence dont la première conséquence fut la domestication des hommes. Il raconte ainsi que les moutons domestiqués virent leur cerveau se modifier en profondeur et leur taille diminuer de l'ordre de 24% !. Cette lecture anthropologique - quelque peu anarchiste il faut le dire, mais très finement documentée, laisse penser que la barbarie, ne doit pas être vue, par les temps qui courent, comme une simple régression et qu'elle peut avoir, sous certains formes, du bon. Sur le sujet : cette critique sur France Culture.

Avez-vous aimé ce numéro ?
Matthieu Chereau

Hors-programme ? Parce que nul ne sait de quoi demain sera fait, que l'avenir de nos enfants se joue en partie en dehors de l'école, et que l'école elle-même revoit ses méthodes et ses programmes.

Chaque semaine, je traite d'une idée en quelques liens pour voir comment aujourd'hui nous pouvons préparer nos enfants à demain.

Si vous ne voulez plus recevoir les prochaines mises à jour, vous pouvez vous désabonner ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Propulsé par Revue