Voir le profil

Hors Programme - apprendre de ses échecs, en jouant aux échecs #12

Pour progresser il faut évaluer, comme le rappelait Cédric Villeni dans un récent article du Monde. M
Hors Programme
Hors Programme - apprendre de ses échecs, en jouant aux échecs #12
Par Matthieu Chereau • Numéro #12 • Consulter en ligne
Pour progresser il faut évaluer, comme le rappelait Cédric Villeni dans un récent article du Monde. Mais l’évaluation doit-elle nécessairement passer par une note ou une lettre ? Quelles sont les formes d’évaluation les plus utiles à l’élève selon les âges. En France, nos outils restent limités. Dans nos souvenirs, une chose reste gravée : l’attente de la copie notée, distribuée par le professeur et parfois accompagnée de commentaires devant tout le monde, quelques lignes de commentaires en rouge pour progresser - ou nous enfoncer.
L'extrait ci-dessous, à travers l’histoire de cette école New Yorkaise, montre à quel point d’autres approches d’évaluation sont non seulement possibles mais également souhaitables.

📖 Extrait
Feedback loop + peer-to-peer learning
La Eugenio Maria de Hostos School a beau être une école primaire située dans un quartier défavorisé de New York, c’est l’une des meilleures des États-Unis aux échecs. Si l’on en croit Elizabeth Spiegel, en charge du programme d’échecs de l’école, ce succès tient à la compréhension que les élèves ont de l’échec. Lors des parties, chaque mouvement de pion est analysé en groupe. Les bons coups sont applaudis, les moins bons discutés pour envisager quelles auraient été les options préférables. Le jeu, comme les progrès, devient collectif. L’échec est ponctuel et fait partie du jeu. Il est, comme le souligne Spiegel, quelque chose que l’étudiant fait, pas quelque chose qu’il est. Échouer n’est plus un problème mais une étape dans le progrès individuel, et celui de l’équipe. 
🌳 Nos enfants, la nature, demain
Je reviens tout juste d'un week-end dans le sud de rencontres et de réflexions au sein d'une Agora Colibri consacrée à l'éducation à la nature. Au programme : un grand nombre de projets inspirants, des sessions très riches d'intelligence collective, et toujours beaucoup d'envie. J'aurais l'occasion de revenir plus tard sur les raisons qui m'ont amené à y participer et sur les projets découverts à cette occasion. J'invite ceux qui s'intéressent au sujet à participer à cette concertation qui commence tout juste.
Dans “Préparons-nous enfants à demain”, j'accorde une place cruciale à la nature. A la fois comme objet de connaissance mais aussi outil d'éducation et de compréhension de nous-mêmes et de notre monde. Les exemples d'écoles ne manquent pas, j'y reviendrai la semaine prochaine dans un dernier extrait consacré à une école verte.
Bonne fin de week-end à tous,
Matthieu
Ps : si ces sujets vous parlent, merci de partager ces réflexions, ces histoires et ces événements, pour participer à votre manière au renouveau de l'éducation, dans les consciences et dans les pratiques. Je compte sur vous ✊.


Avez-vous aimé ce numéro ?
Matthieu Chereau

Hors-programme ? Parce que nul ne sait de quoi demain sera fait, que l'avenir de nos enfants se joue en partie en dehors de l'école, et que l'école elle-même revoit ses méthodes et ses programmes.

Chaque semaine, je traite d'une idée en quelques liens pour voir comment aujourd'hui nous pouvons préparer nos enfants à demain.

Si vous ne voulez plus recevoir les prochaines mises à jour, vous pouvez vous désabonner ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Propulsé par Revue