La choucroute du mari

#4・
2.71K

subscribers

10

issues

Subscribe to our newsletter

By subscribing, you agree with Revue’s Terms of Service and Privacy Policy and understand that Au point où on en est will receive your email address.

Klaire fait Grr
Klaire fait Grr
Parfois, la personne qui partage ma vie m’agace. 
À cause qu’il a raison souvent, sauf quand c’est moi qui ai raison, ce qui m’arrive surtout en regardant une série du genre EH BAH tu vas voir que c’est le MARI qui a fait le coup, il planqué le téléphone dans le garage et son ex-femme en fait bah c’est LA BERGÈRE. 
Dans 98% des cas, c’est effectivement le mari qui a fait le coup et je ressors auréolée de gloire, prix du scénario, merci à mon agente sans qui et mes producteurs sans quoi. 
Parfois, ce n’est pas le mari, alors je pffff au ciel et je grommelle de la mauvaise foi en barre en râlant sur le chocolat qu’est au frigo alors que du chocolat froid et cassant c’est vraiment NUL, mais on sait très bien que c’est ma mauvaise foi en barre de chocolat froide qui parle. Parfois, même, la tête dans le frigo froid, j’entends un Mais c’est vrai que le mari ça aurait été plus logique parce qu’il m’aime vraiment beaucoup. 
Prends ça, St-Exupery de mes coquillettes, aimer c’est pas regarder dans la même direction mon kiki, aimer c’est Mais c’est vrai que le mari.

Non mais franchement QUI fait ça enfin bon.
Non mais franchement QUI fait ça enfin bon.
Mais l’autre jour, quand il a eu raison, il n’y avait ni chocolat ni bergère. 
L’autre jour était hier. Je venais de lui raconter un truc, alors je vous raconte aussi.
Parce que voilà, mes lapins, ça fait 3 jours que je bloque sur un truc intensément, je veux dire, je suis obsédée par le truc, j’en rêve chaque insomnie, c’est devenu capital à mes yeux, et je fais durer encore un peu cette phrase pour savourer les dernières secondes avant que vous ne vous foutiez royalement de ma gueule. Ne pouffez pas sur votre ordi, c’est dégueulasse à nettoyer.
Non, mais en fait, c’est parti d’un livre où j’ai lu d’où venait l’expression Pédaler dans la choucroute. C’était écrit que ça venait des premiers Tour de France, début du XXe siècle, quand la voiture-balai avait été inventée. Qu’il y avait de la publicité sur ladite voiture. De la publicité pour - vous l’aurez deviné - de la choucroute. Qu’ainsi, pédaler dans la choucroute était apparu pour signifier qu’on était en queue de peloton, qu’on galérait sévère, puisqu’on avait la bicyclette à touche-touche avec la voiture-balai-réclame-pour-la-choucroute. 
Là, votre servitrice qui a l’âme généreuse et la newsletter gratuite se dit dis-donc, je vais raconter ça à mon Lectorat (c’est vous), car j’ai le lectorat friand d’histoires de ce genre et en plus c’est rigolo comme mot choucroute. 
Comme je mange pas de choucroute je vous mets des frites.
Comme je mange pas de choucroute je vous mets des frites.
La choucroute est abondante et pue de la gueule, sent la cuisine de grand-mère et les vannes limite sur les Allemands, la choucroute se digère à la bière, bref, tu le sens comme c’est un mot qui cocotte la descente des Champs par le Général de Gaulle, et d’ailleurs vu le nombre de candidats à la Présidentielle qui se réclament dudit Général, ça parait étonnant qu’on ne les voit pas davantage bouffer de la choucroute au CétaitmieuxAvant sur les plateaux télé en s’allumant une clope sans filtre parce que Liberté liberté chérie, kof, kof. 
Tendez, je me suis perdue, là, non ? Me laissez pas partir en sucette comme ça quand je vous raconte une histoire, aussi, flûte à la fin.
Bon, enfin donc l’histoire de pédaler dans la choucroute est rigolote, mais quand même je me dis ce qui serait bien ce serait de trouver une photo de la voiture-balai avec la fameuse pub aux choux, n’est-ce pas que ce serait bien ? (Opiner de la tête vous pouvez, aucun risque pour vos écrans.) Seulement voilà, les enfants : impossible. Oh, je ne prétends pas être une pro à ce jeu, mais j’ai écumé mes valeurs sûres, la presse de 1910 sur Retronews, l’INA, les ressources de la BNF et : rien. 
Enfin rien non. Des pubs pour la choucroute, ça il y en a. Force est de constater qu’au début du siècle, on en bouffe, de la choucroute, ce qui rend tout à fait crédible l’existence d’une publicité sur le tour de France à cette période – la première voiture-balai étant arrivée en 1910.
Miam ?
Miam ?
Crédible, mais pas photographié.
Mais merde à la fin, ça ne sort pas de nulle part cette histoire. Sur l’internet des années 2020, ça raconte effectivement l’histoire de la voiture-balai, mais ça s’entre-cite à l’arrache, ça s’entre-source entre un diapo fagoté par un pigiste épuisé et une autre pigiste qui pareil + harcèlement sexuel. 
J’apprends quand même que le Tour de 1910, c'est la première fois que les coureurs doivent franchir les cols pyrénéens, célèbres pour leur difficulté aujourd’hui alors imagine en 1910 avec leurs vélos pourraves, les types n’arrêtent pas de crever. De crever leurs pneus je veux dire, mais de crever tout court, on n’est pas loin non plus. Le coureur Octave Lapize passe le col du Tourmalet à pied, vélo à la main. Il gagnera le Tour, et sa maman l’embrasse à l'arrivée. 
ÇA, ON A LA PHOTO. 
True story. ( Source gallica.bnf.fr / BnF)
True story. ( Source gallica.bnf.fr / BnF)
Les coureurs pètent un jeton sur cette épreuve. Et tout ça, c’est la faute au sbire du patron du Tour Henri Desgrange, un certain Alphonse qui suggère cette année-là de rajouter une épreuve dans les Pyrénées, ce qui ALLO est inhumain, mais le Tour est une invention d’un journal et faut bien vendre du papier, mes petits chats. Seulement voilà : les Pyrénées, c’est tellement chaud du cul que même le big boss n’y croit pas.
Alors pour prouver que y’a moyen, ledit Alphonse prend sa bagnole en janvier et traverse les montagnes des Pyrénées. Où il se retrouve bloqué par la neige. Heureusement pour lui, des villageois lui portent secours, le type retourne donc au bercail manger des pailles d’or framboise à la suite de quoi il envoie un télégramme à son patron qui est l’ancêtre du SMS, le télégramme pas le patron. Qui dit quoi ? Que pas de problème, la route est très bonne et parfaitement praticable.
Merci Jean-Pierre. 
Notre Octave Lapize, lui, lancera pendant l’étape aux organisateurs une phrase restée célèbre : « Vous êtes des criminels, vous entendez, des criminels ! ».
Un truc comme ça, en tout cas, puisque selon les sources il aurait dit assassin et pas criminel, ou juste « assassin » en fusillant du regard le dirlo.
(Ci-dessus : o a aussi une photo où la veille de l’étape horrible, « le directeur sportif de l'équipe Alcyon vient jouer du violon pour détendre son leader François Faber » Source : Loucrup65 http://sports.loucrup65.fr/tour1910.htm)
En quoi ça nous concerne, elle a viré fana du Tour de France en plein mois de novembre, la meuf avec sa newsletter trop longue ? Non, mais cette histoire rend encore plus crédible l’importance qu’aurait pris la voiture-balai cette année-là, puisque de nombreux coureurs ont dû abandonner cette étape de l’enfer.
Et si la voiture-balai était la stare du concours, le slogan qu’elle affichait peut-être aurait pu effectivement devenir l’objet d’une expression. 
Sauf que rien, nada, pouic pouic, votre enquêtrice en herbe a appris des choses sur le Tour de France – ladite voiture-balai était d’ailleurs plutôt là au départ pour vérifier que les coureurs ne trichaient pas en prenant un train pour les approcher de l’arrivée, eh ouais, une petite technique courante à l’époque et pas piquée des hannetons. 
Votre dévouée, figurez-vous, a travaillé sur la Caravane du Tour, c’était en 2007 et j’avais une crève de tous les diables, au point d’être aphone alors que mon job consistait à parler dans un micro pour dire absolument n’importe quoi tant qu’on mentionnait la marque toutes les 20 secondes, d’autant plus n’importe quoi que la première étape était à Londres, ptite pluie fine, foule très très fine aussi et abasourdie de tout ce cirque franchouillard aphone, ahhh, quel souvenir mes ami.e.s, on m’avait dit chaleur, col de montagnes, foule en délire, et ça commence en mode Madame Tussauds et pneumopathie, bon délire.
Néanmoins, utilisation empirique de cette expérience : hormis chez les rosbifs, le passage du Tour est effectivement un évènement, les marques dépensent des fortunes pour faire partie de la Caravane, et j’ai fini avec un emprunt pour une couronne dentaire à cause de ça. Enfin je vous raconterai une autre fois, mais disons qu’avoir Haribo dans la caravane et pas de ptit dej fourni, c’est pas une bonne idée pour votre santé bucco-dentaire. En 2007, donc, qu’une marque présente sur le Tour fasse assez de choux gras pour finir en expression populaire, ça semblait possible, mais en 1910 aucune idée, là, pardon, votre servitrice s’en désole mais elle n’y était pas.
Alors j’ai retourné avide les journaux de l’époque, les occurrences de l’expression dans les livres et je n’ai pas trouvé d’occurrence de pédaler dans la choucroute qui date de cette époque. Je me suis même fadée un bouquin de 1986 de Jean-François Kahn c’est qui déjà qui fait des vannes que je ne comprends pas sur le RPR et un certain Pierre Charpy, journaliste-communicant au service des gaullistes. 
Extrait de Les Français sont formidables / Jean-François Kahn
Extrait de Les Français sont formidables / Jean-François Kahn
Et bon sang de bois, la phrase n’étant pas bien claire, votre enquêtrice s’est arraché les cheveux à comprendre si selon Kahn c’était ledit Charpy qui était l’inventeur de la formule « pédaler dans la choucroute », ou  Papy Mougeot, qui n’est autre qu’un personnage de Coluche.
Allait-il falloir se taper l’intégrale de Coluche et du Schmilblick pour y voir plus clair ? (Un léger découragement s’empara alors de l’héroïne.) 
Non, l’humoriste avait peut-être popularisé l’expression, mais il n’en était pas l’auteur, ce fut chose certaine quand votre servitrice trouva une occurrence plus ancienne, 1979 s’il vous plait, dans un roman dont on se fout, et un autre en 78. Mieux, l’expression avait été utilisée par les députés dans un débat parlementaire en 1976. 
Journal officiel de la République française / Débats parlementaires 1976
Journal officiel de la République française / Débats parlementaires 1976
Avant ? Rien. Ou pas d’autre occurrence référencée par Google Books, dont les résultats semblent hurler que l’expression est apparue dans les années 70. Dans les années 80, explosion des occurrences de l’expression dans les livres et companoche.
Alors franchement, face à tout ça mes petits lapins, je ne vais pas y aller par quatre chemins, ça m’a semblé peu probable qu'une expression née dans les années 70 prenne vraiment sa source aux premiers Tours de France dotés de voitures-balai, ce qui correspond aux années 1910. 
Pourtant, j’avais voulu y croire. Du Tourmalet aux photos d’Octave, je sentais qu’on n’était pas loin, j’avais placardé mentalement tout ça, punaisé des fils rouges qui menaient de l’un à l’autre, avec mes 400 onglets ouverts, mais je n’ai pas trouvé de façon certaine le coupable. Ne me dites pas que c’est toujours le mari, je le sais.
Alors voilà, les ami.e.s, aujourd’hui, j’aurais voulu vous raconter d’où venait l’expression pédaler dans la choucroute, de la première voiture balai du Tour de France mais je ne crois pas que ce soit vrai, et je ne suis pas là pour vous raconter des craques. 
Ça faisait 3 jours que je m’obstinais, que je m’arrachais les yeux sur de la presse scannée des années douze, que c’était devenu mon obsession, mon combat pour la vérité. Peut-être par passion de la choucroute, peut-être aussi pour fixer mes yeux sur quelque chose. 
Quelque chose d’autre, je veux dire. Comme quand on est chez le dentiste et que ça fait super mal, tellement mal qu’on fixe le plafonnier en lui étudiant le culot avec une intensité de survie, qu’on se concentre sur ses orteils gauches ou qu’on se récite le début de 3 petits chats, chapeau de paille en boucle pour ne pas penser à la région bucco-dentaire, insupportable.
Evidemment que c’est la vie politique et médiatique française, ma région bucco-dentaire.
La campagne fascisante et abrutissante. Avec comme cheerleaders les tôliers d’un monde qu’on a enfin réussi à secouer et qui pour nous remercier nous backlashent la gueule. 
Oh, là, aujourd’hui, c’est presque rien, on en est à notre ministre de l’Education Nationale qui soutient et partage le grand combat d’un député qui s’est fendu d’une lettre à l’Académie Française parce que le dictionnaire Le Robert a entré le pronom « iel » à son dictionnaire. Pourquoi il est entré dans leur dico ? Parce qu’il existe de fait. Et que donc, bah au même titre que les mots choucroute, fascisme et gastro-entérite il est logique qu’il soit là. 
Mais Jean-Michel s’accroche à ses pronoms inamovibles, comme pour retenir le temps, comme pour retenir un monde qui lui glisse des doigts et dans lequel il ne sait plus quel rôle il pourra jouer, si ce n’est plus le premier, ohlala. Notre pédaler dans la choucroute est pourtant bien la preuve que la langue est joueuse, vivante, un peu mytho parfois, un peu magique, un peu le bordel. 
La vie politique et médiatique française est ma région bucco-dentaire, j’essaie par moments d’y échapper en me comptant les orteils, en me 3 petits chats, 3 petits chats, chapeaux de paille, en me BON SANG MAIS je DOIS ABSOLUMENT savoir si cette histoire de CHOUCROUTE est vraie. Sinon, je vais sentir la roulette, entendre la douleur, goûter le bruit du sang. Vous êtes des criminels, vous entendez, des criminels.
Alors j’obsessionne, je fais le coup des 400 onglets, je m’enfouis sous des archives que je ne sais pas éplucher, comme les butternut, vrai problème de saison.
Tu perds rien pour attendre mon ptit père.
Tu perds rien pour attendre mon ptit père.
Je suis d’ailleurs à peu près sûre qu’un.e archiviste de mon lectorat (c’est vous, toujours), aura la réponse. Et qu’iel me la transmettra. 
Est-ce que je vous ai raconté tout ça pour vous placer un iel ? Peut-être, vous pouvez pas le prouver.
Ah, et au fait, je ne vous ai pas dit pourquoi la personne qui partage ma vie m’a agacé. Parce que quand je lui raconté la choucroute, le Tour de France, les 400 onglets, la maman d’Octave Lapize en photo, les assassins, le télégramme, les publicités, les cols des Pyrénées et les fils rouges tendus dans ma tête il m’a répondu « ah je croyais qu’on disait plutôt pédaler dans la semoule. »
Rassurez-vous, devant ma mine défaite, il a ajouté « Mais c’est vrai que le mari ça aurait été plus logique », parce qu’il m’aime vraiment beaucoup.
Prenez soin de vous, et de votre santé bucco-dentaire.
Klaire
Did you enjoy this issue? Yes No
Klaire fait Grr
Klaire fait Grr @klaire

Je vous promets rien du tout. Sauf éventuellement de mettre minimum un slip quand j’écrirai cette newsletter, partons sur ça. De toute façon, au point où on en est.

In order to unsubscribe, click here.
If you were forwarded this newsletter and you like it, you can subscribe here.
Created with Revue by Twitter.