Voir le profil

Chroniques de l'urbanocène - Numéro #12 Globalisation ou flubalisation ?

Revue
 
Bonjour, Après une trop longue interruption due à un petit souci de santé (élégamment réglé grâce, en
 

Chroniques de l'urbanocène

18 octobre · Numéro #12 · Consulter en ligne
Du futur de nos villes et de notre planète… aujourd’hui

Bonjour,
Après une trop longue interruption due à un petit souci de santé (élégamment réglé grâce, entre autre, à un robot), des vacances (courtes, bonnes et oubliées) et le lancement d’un projet de livre (“in progress”) je vous propose de reprendre nos conversations en commençant par les avatars de la globalisation et une petite proposition toute personnelle : la flubilité…
En quelques mots… > 4 minutes de lecture.
En quelques liens… > Votre choix d’excursions.
Rien à voir mais… > Le temps d’un clin d’œil.

Globalisation ou flubalisation ?
En quelques mots…
Le processus de globalisation des 70 dernières années n’a jamais été unanimement accepté même s’il s’est imposé partout. Certains estiment maintenant que ses heures sont comptées.
En janvier dernier The Economist consacrait une couverture à la « slowbalization », le ralentissement dans l’intégration des marchés mondiaux.
En septembre, l’ancien ministre socialiste français de l’économie, Arnaud Montebourg chantait la fin de la globalisation dans un mélange d’arguments de la gauche partiellement anticapitaliste, du souverainisme à la mode, et d’une certaine conception conservatrice de l’écologie. Instable car « elle organise la contagion des crises […] c’est la concurrence effrénée où l’emporte le plus antisocial, le plus anti-environnemental, qui utilise les moyens les moins scrupuleux pour fabriquer moins cher. […] Pour moi, la mondialisation est terminée. Si vous mettez bout à bout l’explosion des inégalités, la destruction des ressources naturelles, l’inquiétude mondiale sur le dérèglement climatique, l’appauvrissement des classes moyennes, la colonisation numérique de notre économie par les empires américains et chinois, vous avez en résultante le nécessaire rétrécissement du monde ».
L’économiste irlandais, Michael O’Sullivan, l’avait devancé en déclarant son acte de décès en juin : « La globalisation est déjà derrière nous » avait-il affirmé. Mais il développe ses arguments d’une façon plus sophistiquée dans son livre The Levelling – What comes after globalisation. Comme Montebourg, cet ancien professeur d’économie à l’université de Princeton et banquier, ne croit plus au contrôle centralisé par la puissance américaine dont il annonce le remplacement par une sorte de régionalisation multipolaire autour d’au moins trois ensembles principaux : les États-Unis, la Chine et l’Europe (chacune avec les pays qui les entourent). Ni la Russie, ni le Japon, et encore moins la Grande Bretagne, malgré son passé, ne semblent en mesure d’aspirer à la position de pole. 

Les grandes institutions du XXème siècle comme la Banque Mondiale, le Fond Monétaire International et l’Organisation Mondiale du commerce « apparaîtront de plus en plus défuntes ». Face à quoi O’Sullivan voit deux scénarios. Le premier, « favori des commentateurs parce qu'il leur permet d'écrire sur les calamités sanglantes de la fin du monde » est la répétition de ce qui s’est passé en 1913… genre « rétrécissement » pour commencer.
Il préfère le second, plus vraisemblable selon lui : « Au lieu de cela, l'évolution d'un nouvel ordre mondial - un monde entièrement multipolaire composé de trois (peut-être quatre, selon le développement de l'Inde) grandes régions distinctes dans le fonctionnement de leurs économies, de leurs lois, de leurs cultures et de leurs réseaux de sécurité - est manifestement en cours ». Encore très théorique jusqu’en 2018 cette notion a connu une soudaine accélération : « La multipolarité gagne du terrain et aura deux grands axes. Premièrement, les pôles du monde multipolaire doivent être importants en termes de pouvoir économique, financier et géopolitique. Deuxièmement, l'essence de la multipolarité ne réside pas simplement dans le fait que les pôles sont grands et puissants, mais aussi qu'ils développent des façons de faire distinctes et cohérentes sur le plan culturel. La multipolarité, où les régions font les choses distinctement et différemment, est également très différente du multilatéralisme, où elles les font ensemble »
Exemple de cette évolution : les flux commerciaux du Cambodge, du Vietnam, du Laos et de la Malaisie avec la Chine ont augmenté plus que ceux avec les États-Unis et se retrouvent dans son orbite.
En termes clairs, nous entrons tout simplement dans une phase de réorganisation de flux irriguant la planète. Car, au fond, ce sont les flux qui nous intéressent. Ils sont plus importants que les frontières qui entendent les couper et que la taille exacte des espaces qu’ils irriguent. Mais comment s’organisent-ils ?
Référence obligatoire de toute réflexion sur le rôle des villes dans la globalisation, le livre Global Cities publié par Saskia Sassen en 1991 date maintenant, comme le montre le fait qu’il se limitait à la prise en compte, de Londres, Washington et Tokyo. Mais le fond reste valable, explique le géographe Michel Lussault, directeur de l’Ecole urbaine de Lyon dans un entretien au Monde du 10 juin 2019 : « C’est à partir des villes que la mondialisation se développe et dans les villes que la mondialisation se cristallise ». Aujourd’hui le phénomène est plus distribué : « Il y a tout un maillage de villes entre 500 000 et 1,5 million d’habitants qui constituent des éléments essentiels de la mondialisation : elles concentrent des ressources et sont des attracteurs de populations, de flux, de travail, de créativité, d’innovations sociales et culturelles ».
Le rôle de ces villes, connectées entre elles, change : la rébellion des villes américaines contre Trump à propos de l’accord de Paris sur le climat « remet en question l’absolue primauté de l’État comme échelle géopolitique de référence. […] Les ensembles urbains contemporains sont devenus de fait des acteurs géopolitiques mais de droit, malheureusement, on ne leur reconnaît pas ce statut. Ce n’est pas un hasard si se constituent des réseaux comme le C40, qui réunit de grands territoires urbains qui cherchent à se constituer un rôle géopolitique ».
Tout ceci est encore une affaire de flux. Les villes les attirent d’autant plus facilement qu’elles sont plus grandes comme nous l’a montré Geoffrey West dans une CDU antérieure. Que l’on prenne l’approche d’O’Sullivan ou celle de Lussault, la réorganisation des flux, de leurs itinéraires, des distances qu’ils couvrent, des directions qu’ils prennent et de ce qu’ils véhiculent conduisent à des sociétés différentes qui, dans une certaine mesure, cohabitent ou peuvent cohabiter.
Mais nous avons du mal à les étudier complètement.
Qui dit flux pense facilement à fluidité, (qualité de ce qui est fluide, c’est-à-dire qui coule aisément). Mais ce qui est en question dans les flux dont nous parlons est bien plus complexe. Il nous manque un terme pour mieux appréhender, évaluer, mesurer ce qui est en question. Pour cela nous proposons celui de flubilité qui prend en compte, outre la fluidité, ce qui circule, la direction et la distance sur laquelle cela circule. Elle est la mesure de la fonction des réseaux, ce motif (pattern) que nous retrouvons à tous les niveaux du vivant, mais qui ne nous donne que le tracé, plat en quelque sort.
Au niveau de la planète on peut parler, comme le suggère Marcus Goddard, VP Intelligence de Netexplo (pour qui j’écris mon livre qui sera co-publié par l’UNESCO) de « flowbalization » ou « flubalisation ». D’où l’intérêt de la « flubalité »…
Ça vous inspire quoi ? Dites-le…

En quelques liens…
Why cities “flow”: an extract from Cities, a new book by Monica L. Smith Le titre du livre : Cities : The first 6.000 years. Ila l’air agréable à lire et j’aime bien cette formule de l’auteure : « Les villes ont été le premier internet » parce qu’elles ont été le premier espace dans lequel des personnes qui ne se connaissaient pas ont pu se rencontrer en grand nombre… pour se vendre des produits, s’amuser mais aussi, j’ai envie d’ajouter, s’affronter… quand les inégalités vont trop loin.
Is tourism killing cities? Vous parlez d’un flux…

Rien à voir mais…
Así funciona la ‘app’ distópica de Tsunami Democràtic que controla las protestas en Cataluña – L’outil innovant mis en place par les indépendantistes pour coordonner les actions de leurs sympathisants
The Immigrants Trump Denounces Have Helped Revive the Cities He Scorns. Il accuse les premiers de tous les maux, les secondes de toutes les insubordinations. Cet article montre comment, aux États-Unis ils sont souvent une solution l’un pour l’autre.
The most undervalued skill? Lateral thinking. Contre la pensée excessivement logique, une autre façon d’aborder les problèmes. Je ne sais pas si c’est la bonne mais elle est source de propositions intéressantes comme… Nintendo.

Vos commentaires sont toujours les bienvenus.
N’hésitez pas à faire circuler cette newsletter et même à la recommander à celles et ceux qu’elle pourrait intéresser.
Et pardonnez-moi de vous avoir inscrit automatiquement. Je réserve cela aux plus proches… N'hésitez pas à vous désabonnez en cliquant sur le bouton approprié en bas de page.
Avez-vous aimé ce numéro ?
Si vous ne voulez plus recevoir les prochaines mises à jour, vous pouvez vous désabonner ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Propulsé par Revue