Voir le profil

OFF #4

L'homme qui rêvait dans une langue inconnue
OFF #4
Par Eric Viennot • Numéro #40 • Consulter en ligne
Au début de cette enquête, je vous avais parlé du Trésor de l'Oncle Ernest, ce livre que j'avais écrit en 1999 et qui m'amenait déjà à Rapa Iti sans le savoir.
Quand Philippe Mastin m'a parlé de la forme de crâne apparue sur sa carte, j'ai été pris soudain d'un grand frisson : de nouveau cette indication me ramenait à ce livre que j'avais écrit vingt ans plus tôt…

Plus exactement, elle me ramenait aux pages 58 et 59 du livre. Ce ne sont pas n'importe lesquelles puisque le lecteur obtient dans ces pages la révélation sur l'emplacement du trésor.
FACE À LA TÊTE DE MORT - À DIX-SEPT MÈTRES SOUS L'EAU - EST CACHÉ LE TRÉSOR…
La tête de mort est un symbole classique des histoires de trésors ou des films de pirates. On se souvient par exemple du Scarabée d'Or d'Edgar Allan Poe. Soit.
Ce qui est plus troublant, c'est que j'ai placé cette forme de tête de mort sur un îlot qui ressemble beaucoup au Tapui de Rapa…
Et c'est à cet endroit, vous en souvenez sans doute, que Jérôme Walczak parlait d'alignements de crânes à cornes.
“ D'après Marc, à chaque solstice, ces crânes étaient alignés près du Tapui.” 
Quand je l'ai montré à Christian Ghasarian, sans rien lui expliquer, il s'est écrié :
“Mais c'est le Tapui !”
Détail des pages 58 et 59 du Trésor de l'oncle Ernest (2000). A gauche la photo de l'îlot à la tête de mort qui évoque le Tapui.
Détail des pages 58 et 59 du Trésor de l'oncle Ernest (2000). A gauche la photo de l'îlot à la tête de mort qui évoque le Tapui.
Je me suis mis alors à chercher d'autres liens possibles avec Rapa. J'ai épluché les pages du livre à la recherche du moindre indice.
C'est en fouillant dans mes archives que j'ai trouvé un nouveau lien très étonnant.
En 2000, la même année que le livre, est sortie la troisième aventure de l'oncle Ernest sur cédérom : L'île mystérieuse de l'Oncle Ernest.
Dans ces archives, je retrouve la carte de l'île, dessinée selon mes indications par Nicolas Delaye, qui travaillait avec moi à la conception du jeu.
Je la regarde. Sa forme m'interpelle.
Je la retourne pour la voir en transparence sur la vitre de mon bureau. Je vois apparaitre alors une forme assez semblable à Rapa Iti !
À gauche la carte de Rapa Iti, à droite la carte de l'île Mystérieuse de l'Oncle Ernest dessinée en 1999...
À gauche la carte de Rapa Iti, à droite la carte de l'île Mystérieuse de l'Oncle Ernest dessinée en 1999...
J'appelle immédiatement Nicolas avec qui je suis resté en contact.
- Nico, tu te souviens comment on a imaginé l'île mystérieuse?
- Non je ne me souviens plus exactement comment la forme est née. Ce qui est certain, c'est que nous ne sommes pas partis d'une île existante.
Rapa a, en plus, une forme assez unique. Il suffit de se replonger dans l'Atlas des îles abandonnées pour le vérifier. La plupart des îles citées sont rondes ou allongées.
L'emplacement de l'île, sa forme, l'îlot rappelant le Tapui, le crâne, la citation de Mark Twain…
Les liens, là aussi, étonnants entre le scénario d’Unknown et l'histoire de Thierry (Titi) et ses frères, les 12 colosses (Pare ?).
La synchronicité entre les premières lignes de l'Indigène et celles de mon roman In Memoriam.
Cela finit par faire beaucoup de coïncidences…
J'ai maintenant la certitude que Rapa m'appelle depuis très longtemps… Mais comment ? Et pourquoi ?
Est-ce que j'aurais capté en 1999, puis quelques années plus tard, des bribes de mon propre futur ?
Alors que j'écris ces lignes, Eva, la fille de Marc, qui suit avec intérêt mes publications comme tous les enfants de Marc, m'envoie une photo qu'elle a prise en 2019 à Rapa.
Photo de montagne à Rapa prise par Eva Liblin en 2019
Photo de montagne à Rapa prise par Eva Liblin en 2019
La forme qui apparait sur la montagne rappelle le crâne avec des cornes, dessiné par son père.
J'ai une nouvelle fois la sensation qu'à Rapa tout se confond : la réalité et l'imaginaire, les paysages et les symboles, le passé et le futur…
Je regarde à nouveau la carte dessinée 20 ans plus tôt et m'attarde sur certains détails auxquels je n'avais pas prêté attention auparavant, comme ce crâne avec des cornes en bas à droite.
Détail de l'Ile mystérieuse de l'Oncle Ernest (2000)
Détail de l'Ile mystérieuse de l'Oncle Ernest (2000)
Il vient s'ajouter à ma collection…
Crânes à cornes : dessiné d'après différents témoins, photographié sur une montagne, dessiné pour une fiction jeu.
Crânes à cornes : dessiné d'après différents témoins, photographié sur une montagne, dessiné pour une fiction jeu.
Avez-vous aimé ce numéro ?
Eric Viennot

Journal d'enquête sur le destin hors du commun de Marc Liblin.
Quand la réalité dépasse parfois la fiction…
[ 2 publications par semaine ]
Commencez par le numéro 1 : https://www.getrevue.co/profile/ericviennot/issues/1-l-atlas-des-iles-abandonnees-304842

Pour vous désabonner, cliquez ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Propulsé par Revue