Voir le profil

OFF #03

L'homme qui rêvait dans une langue inconnue
OFF #03
Par Eric Viennot • Numéro #31 • Consulter en ligne
Il y a quelques jours, j'ai reçu une lettre de la part de Jérôme Walczak.
Avec son accord, j'ai décidé de la publier parce qu'elle est forte et belle, et parce qu'elle complète les deux précédents épisodes.

Rapa au loin, vue du Tuhaa Pae et paysage de l'île en 1997 (Archives de Jérôme Walczak)
Rapa au loin, vue du Tuhaa Pae et paysage de l'île en 1997 (Archives de Jérôme Walczak)
Cher Eric, 
J’ai parlé de Marc comme d’une porte. C’est le premier mot qui m’est venu à l’esprit, sans doute une association simple que mon cerveau, plus ou moins conscient, a su établir naturellement. Une porte, réellement, impliquant un état liminal, un passage entre deux mondes, entre deux univers même. Tout dans cette histoire perturbe parce qu’elle vient entailler la raison. L’archéologue que j’ai été était happé par la raison, la déduction, le regard sur les faits. Marc ne les balayait pas, il écoutait, associait, il n’était pas un illuminé simplement acharné à démontrer une théorie, il parlait peu de Mu, des pyramides, du cosmos, il ne cherchait pas à prouver l’existence de grands anciens, mais par son histoire, sa biographie si singulière, il était pénétré de l’âme polynésienne, un univers où rêve, réalité, esprits, artefacts, temps du passé et du présent s’entremêlent. 
La Polynésie orientale, celle qui nous intéresse, cet immense triangle dont Hawai’i, l’Ile de Pâques et la Nouvelle-Zélande sont les sommets, est constituée de myriades d’îles, certaines, dont Rapa Iti, très isolées. J’étais convaincu, à la fin de ma thèse, que les migrants ne partaient pas au hasard, qu’ils s’embarquaient avec animaux, familles, pirogues à balancier, en sachant exactement où ils allaient, parce que l’univers polynésien est ainsi fait : des allers-retours entre deux mondes, le monde profane, Ao, et le monde des dieux, le Po. Toute la vie polynésienne est rythmé par des cycles et des allers-venus entre Po et Ao. Marc en parlait peu, cela me revient maintenant, mais il avait selon moi parfaitement intégré que Rapa était un univers empli de phénomènes, cela confirmé par des Polynésiens qui vivent depuis des siècles entre ces deux dimensions: certaines femmes avaient mal à la tête parce que la cousine avait dit du mal de leurs enfants, Marc voyait des lumières bleues dans des grottes que d’autres avaient vues avant lui, tandis que d’autres ne voyaient rien. En Polynésie, et à Rapa, on confirme l’intériorité, on confirme le rêve, on confirme l’âme. Chercher des faits est vain. Les anciens polynésiens savaient, dans leurs mythes, où il y avait des îles. L’archéologue rationnel que j’étais imaginait des phases exploratoires, difficilement démontrables, mais à mesure que les siècles ont passé, les traditions ont intégré l’idée que les îles étaient placées là où elles devaient l’être, que tout était cohérent. Je ne sais pas si tu me suis.
Ce qui est fantastique dans l’histoire de Marc, c’est que son réel et le réel se confondent. Il parlait bien cette langue, il est bel et bien venu à Rapa, sa vie, son être, ont constitué une synthèse parfaite entre les deux monde, le Po et l’Ao. 
Je ne pense pas que les tablettes et les crânes à cornes existaient au-delà de cette porte. Pas de photos, pas de gravure, pas de vestige, rien de tout cela. Mais malgré tout, leur existence était confirmée. Je ne sais pas comment t’expliquer, comme il y a des cerveaux gauche et droit, avec les neurones afférant, les connexions entre rêve et raison, il y a peut-être aussi des humains dans notre monde qui fonctionnent comme des neurones, des réseaux, qui ne s’activent que par le rêve, et ce rêve devient alors réel. On est en plein monde quantique. J’aimerais que les souvenirs me reviennent mieux. Pour des raisons inconnues, Marc était de ce monde polynésien, il était la porte entre eux et nous.
Bonne quête, 
Jérôme
Avez-vous aimé ce numéro ?
Eric Viennot

Journal d'enquête sur le destin hors du commun de Marc Liblin.
Quand la réalité dépasse parfois la fiction…
[ 2 publications par semaine ]
Commencez par le numéro 1 : https://www.getrevue.co/profile/ericviennot/issues/1-l-atlas-des-iles-abandonnees-304842

Pour vous désabonner, cliquez ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Propulsé par Revue