Voir le profil

#2 | L'homme à chemise tahitienne

L'homme qui rêvait dans une langue inconnue
#2 | L'homme à chemise tahitienne
Par Eric Viennot • Numéro #2 • Consulter en ligne
Je décide de contacter directement Judith Schalansky pour lui demander quelles étaient ses sources. Comme je ne trouve pas son contact sur Internet, je procède alors à l’ancienne, et lui envoie une lettre via son éditeur. J’espère que les éditions Albin Michel feront suivre mon courrier…
En tapant dans Google “Marc Liblin” je tombe sur un article d’Agoravox, écrit en 2010. L’article est un peu plus documenté. L’auteur, Damien Personnaz, a entendu l’histoire de Marc en se rendant dans l’île de Raivavae, l’ile voisine de Rapa.
Dans l’article figure surtout une photo de Marc et Mérétuini, prise sans doute à Rapa Iti avec leur enfant. La première preuve tangible que Marc Liblin a bien existé. Avec son crâne dégarni, sa chemise tahitienne, sa barbe et ses grosses lunettes, Marc ressemble davantage à un intellectuel un peu égaré dans l’île, qu’à un aventurier chasseur de trésor. 

Damien Personnaz est plus précis sur la vie de Marc et son séjour à Rapa. Il cite Marc Liblin lui-même. Mais l’article de Marc, cité en fin d’article, n’est malheureusement plus en ligne, comme le blog de son beau-fils indiqué également. Il termine en nous donnant sa source : 
Jean Guillin, L’Archipel des Australes, Editions A. Barthélémy & Editions Le Motu, Avignon, 2001.
L’auteur d’Agoravox nous donne un prénom derrière le tahitien qui présente Marc à Mérétuini : Charly. 
Marc est mort en 1998 à l’âge de 50 ans. Il aurait donc plus de 70 ans aujourd’hui. 
Charly est-il encore vivant pour témoigner ? Et Mérétuini ? Et cet enfant sur la photo ? Comment les retrouver ? 
Avez-vous aimé ce numéro ?
Eric Viennot

Journal d'enquête sur le destin hors du commun de Marc Liblin.
Quand la réalité dépasse parfois la fiction…
[ 2 publications par semaine ]
Commencez par le numéro 1 : https://www.getrevue.co/profile/ericviennot/issues/1-l-atlas-des-iles-abandonnees-304842

Pour vous désabonner, cliquez ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Propulsé par Revue