Voir le profil

#24 | Conversations avec Hiram

L'homme qui rêvait dans une langue inconnue
#24 | Conversations avec Hiram
Par Eric Viennot • Numéro #24 • Consulter en ligne
Dans la nuit qui suit la conversation avec Eva, j’écris une longue lettre à Meretuini. 
Je lui fais part de ma démarche, de mon intérêt pour l’histoire de Marc, et de mon souhait d'obtenir son témoignage. 
Meretuini n’étant pas connectée, Eva se propose gentiment de lui lire quand elle la verra. 
Quelques jours plus tard, Eva indique à Marie que ma lettre l’a beaucoup émue, qu’elle serait prête à parler avec moi, mais qu’il faudra venir à Rapa. 
J’ai compris assez vite, au cours de cette enquête, que certains secrets ne se disent qu’en face à face. 
Pendant ce temps, Hiram a accepté l’invitation Facebook de Marie. Nous avons donc retrouvé le petit garçon de la photo !

Hiram avec Marc et Meretuini
Hiram avec Marc et Meretuini
Marie :
Je suis avec Hiram sur Messenger. 
Il me dit que son père a tout raconté à Meretuini sur ses rêves.
Attends, y’a un truc qui m’échappe… 
Il me dit que tous les rêves prémonitoires de son père sont en train de se réaliser… 
Je l’appelle au téléphone un peu plus tard. 
Marie :
- En fait Hiram vient de me révéler que son père faisait des rêves prémonitoires et que certains de ses rêves se sont réalisés après sa mort. 
- Il t’a donné des exemples ? 
- Oui, par exemple, il avait rêvé que l’un des enfants d'Hiram aurait les yeux bleus, alors qu’ils ont tous les yeux marrons dans la famille. Il avait rêvé qu'un jour ils seraient brouillés avec son frère. 
Apparemment, il aurait fait d’autres rêves prémonitoires mais Hiram ne veut pas en parler. Il me dit qu’il faudra demander directement à sa maman qui lui a racontés. 
Je rebondis sur cette révélation :
Peut-être que c’est un rêve prémonitoire qui l’a guidé vers Rennes quand il a quitté l’est de la France ? J’ai toujours trouvé étonnant qu’il tombe par “hasard” sur l’une des rares personnes de Rapa vivant en France. 
Quelques jours plus tard, nous convenons avec Hiram de discuter tous les trois sur Skype.
Ile de Rapa (droits réservés)
Ile de Rapa (droits réservés)
S’il vit désormais la majeure partie du temps en France, Hiram reste très attaché à ses origines et à son île.
Il se souvient de son enfance à Rapa avec Marc.
Il nous confirme la complicité entre Marc et Thierry et évoque leurs explorations dans l’île et bien-sûr dans les grottes que son père affectionnait tant. 
Thierry trainait souvent avec mon père… Il l'accompagnait partout.
Quand j’étais petit, on explorait l’île tous ensemble. On cherchait des cailloux des anciennes civilisations de Rapa. On trouvait des pierres taillées par les hommes. A Rapa, on appelle ça des tokis. On ramenait beaucoup de cailloux que mon père rangeait dans des caisses. 
On a exploré beaucoup de grottes de l’île. Dans l’une, je me souviens qu’il y avait plein de pierres noires, des sortes de cristaux noirs. 
Ce souvenir m’évoque ceux d’Ellen et Antoine presque 20 ans plus tôt. 
On passait aussi beaucoup de temps à explorer les forts.
Je suis un peu surpris qu'il emploie le mot forts et de non celui de pare. Mais je ne souhaite pas l'interrompre.
Mon père cherchait là des objets et des traces… Je me souviens l’avoir vu dessiner des sortes de huttes sur les forts. Mais je ne sais pas s'il avait vu ça en rêve ou si c'était une théorie qu'il avait imaginée.
Il lisait beaucoup de livres. Il était passionné d’histoire et d’archéologie. Il m’avait expliqué que Hiram était un nom hébreu et que c’était l’architecte de Salomon. 
Mon père était une sorte d’archéologue. Il passait tout son temps libre à chercher ! Il a toujours été fasciné par Rapa et il cherchait à résoudre un mystère. Mais je ne peux pas vous en dire plus, j’étais trop petit quand il est mort.
A propos de ses liens avec ses demi-frères et sœurs Hiram raconte :
Mes parents nous ont expliqué, dès que nous avons été en âge de comprendre, que nous étions demi-frères et demi-sœurs avec Thierry et Serge. Forcément comme on portait pas le même nom on a posé des questions ! Mes parents n’ont jamais fait de différence entre nous. On se considère comme des frères plus que des demi-frères.
Serge est parti très tôt de Rapa, dès ma naissance. Quand on s’est rencontrés pour la première fois, j’avais 15 ans ! On se voit maintenant assez souvent, pendant les vacances, puisque lui aussi vit en France. 
Ma mère nous a parlé assez tôt aussi de l’existence d’Ellen et Antoine. J’ai compris que ça avait été dur pour mon père de quitter la France et d’être séparé d’eux.
Nous allions souvent à la cabine téléphonique pour parler avec ma grand-mère. J’étais très attaché à elle. C’est un peu pour elle que j’ai choisi d’être militaire afin de pouvoir venir la voir en France. Malheureusement, elle est décédée quelques temps avant mon arrivée. 
Interrogé sur les dons et les rêves prémonitoires de son père, Hiram poursuit :
Mon père faisait des rêves prémonitoires. Il n’en parlait pas avec nous directement mais avec ma mère qui m’a raconté par la suite. 
Un jour elle m’avait dit que mon frère et moi on n'allait plus s’entendre.
Ma mère m’a aussi raconté sa rencontre avec mon père. Il cherchait à savoir d’où provenait cette langue qu’il parlait. Quand il est venu la voir la première fois et qu’il lui a parlé en vieux rapa, ma mère lui a répondu en rapa. 
Ma mère était sa femme, sa confidente, son amie. Il lui disait tout. La clé de tout c’est maman. 
Meretuini en 2015
Meretuini en 2015
Avant de terminer la conversation, Hiram nous demande si nous avons l’intention de nous rendre prochainement à Rapa. 
Je lui réponds qu'effectivement nous espérons nous y rendre à la fin de l’année. 
Hiram ajoute alors :
Je vous demande ça, parce que mon père a rêvé, qu’autour de 2020, des gens viendraient dans l’île et que ça changerait des choses pour notre famille. 
Je me remémore alors mon idée d’aller dans l’île avec Ellen et Antoine…
Avez-vous aimé ce numéro ?
Eric Viennot

Journal d'enquête sur le destin hors du commun de Marc Liblin.
Quand la réalité dépasse parfois la fiction…
[ 2 publications par semaine ]
Commencez par le numéro 1 : https://www.getrevue.co/profile/ericviennot/issues/1-l-atlas-des-iles-abandonnees-304842

Si vous ne voulez plus recevoir les prochaines mises à jour, vous pouvez vous désabonner ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Propulsé par Revue