Voir le profil

Garry Kasparov : « Poutine détruit le système immunitaire occidental » • La propagande « douce » : une menace invisible et invasive

Desk Russie
Garry Kasparov : « Poutine détruit le système immunitaire occidental » • La propagande « douce » : une menace invisible et invasive
Par Desk Russie • Numéro #4 • Consulter en ligne
Chères abonnées, chers abonnés,
Notre newsletter Desk Russie ainsi que son site desk-russie.eu qui publie nos articles en intégralité, sont en train de s’installer dans le paysage médiatique français. Notre lectorat a grandi rapidement. Nous avons par ailleurs constaté que près de 10 % des visites sur le site se font à partir du territoire américain, et que nous sommes lus dans de nombreux pays européens. Ce constat nous pousse à nous internationaliser encore plus : à partir de ce numéro-ci, publié encore entièrement en français, nous allons également diffuser une partie de nos articles en anglais. Notre site a été reformaté pour permettre ce changement qui, nous l’espérons, nous apportera un lectorat encore plus large ainsi que de nouveaux auteurs. Bonne lecture !

« LE RÉGIME DE POUTINE REPRÉSENTE LA PLUS GRANDE MENACE EXISTENTIELLE POUR L’OCCIDENT »
Entretien avec le célèbre opposant russe Garry Kasparov
Propos recueillis par Galia Ackerman
Garry Kasparov au Forum de Russie Libre, à Vilnius // forumfreerussia.org
Garry Kasparov au Forum de Russie Libre, à Vilnius // forumfreerussia.org
Sommet Biden-Poutine, nature profonde du régime russe actuel, corruption des élites occidentales, le sort de l’Ukraine et de Navalny… À sa manière incisive, le champion du monde d’échecs porte un jugement peu rassurant sur le monde occidental et sa capacité à tenir tête à Poutine. ••• Lire l’entretien en entier
POUTINE-BIDEN : UN SOMMET À DOUBLE TRANCHANT
Par Marie Mendras
Tony Blinken, Joe Biden, Vladimir Poutine et Sergueï Lavrov à Genève // The White House
Tony Blinken, Joe Biden, Vladimir Poutine et Sergueï Lavrov à Genève // The White House
A Genève, le 16 juin, les présidents américain et russe ont, chacun à sa façon, reconnu qu’ils ne s'étaient entendus sur rien, sauf sur le fait qu’il fallait chercher à mieux s’entendre. Le sommet de Genève a été une rencontre entre deux adversaires, non pas une conversation entre partenaires stratégiques. ••• Lire l’article en entier
« UNE NOUVELLE UNIVERSITÉ D’EUROPE ORIENTALE DOIT ÊTRE CRÉÉE DANS UN ÉTAT MEMBRE DE L'UE »
LETTRE OUVERTE à la Commission européenne et aux gouvernements nationaux — de la part de scientifiques et de personnalités culturelles
Les étudiants bélarusses manifestent avant l'élection présidentielle de 2020 // @strana_officia
Les étudiants bélarusses manifestent avant l'élection présidentielle de 2020 // @strana_officia
Devant la répression qui sévit en Russie et au Bélarus, d’éminentes personnalités du monde occidental et de Russie demandent de créer une université où pourraient enseigner et étudier des milliers de jeunes contraints à l’exil par les régimes de Poutine et de Loukachenko. Une initiative inédite pour créer un milieu propice à la formation des futures élites russes et bélarusses. ••• Lire le texte en entier
LA PROPAGANDE « DOUCE » : UNE MENACE INVISIBLE ET INVASIVE
Par Nicolas Tenzer
La pose du grand dôme doré du Centre Spirituel et Culturel Orthodoxe Russe à Paris //  Chaîne YouTube de Bouygues Construction
La pose du grand dôme doré du Centre Spirituel et Culturel Orthodoxe Russe à Paris // Chaîne YouTube de Bouygues Construction
Beaucoup d’analystes du régime russe actuel sont uniquement focalisés sur la propagande dure du Kremlin et ses relais en Occident, notamment à l’extrême droite de l’échiquier politique ou chez des politiciens notoirement intéressés. Ils ne prêtent pas suffisamment attention à une « propagande douce », parfois involontaire, qui vise à dissuader le monde libre d’agir contre la menace et les crimes du Kremlin. Celle-ci est beaucoup plus invasive et dangereuse, d’autant plus qu’elle est relayée, parfois involontairement, par des personnalités non extrémistes qui peuvent avoir l’oreille des gouvernements occidentaux. La rendre visible est essentiel à la lutte contre les manipulations de l’information. ••• Lire l’article en entier
MALGRÉ DES PAROLES FORTES, LE PARLEMENT EUROPÉEN NE S'ATTAQUE PAS AUX AGENTS D’INFLUENCE DU KREMLIN
Par Anton Shekhovtsov
L'ex-mannequin Tamara Volokhova est candidate aux élections départementales dans le canton de Strasbourg-2 // Page Facebook de Jean-Claude Bader
L'ex-mannequin Tamara Volokhova est candidate aux élections départementales dans le canton de Strasbourg-2 // Page Facebook de Jean-Claude Bader
Les résolutions du Parlement européen ont tendance à être critiques à l'égard de la Russie de Poutine. L'une des résolutions les plus récentes sur la Russie, adoptée à la fin du mois d'avril, portait notamment sur l'emprisonnement d'Alexei Navalny, figure majeure de l'opposition russe, et sur le renforcement militaire à la frontière de l'Ukraine. Parmi de nombreux autres points critiques, la résolution réitère le « soutien ferme du Parlement européen à la politique de l'UE de non-reconnaissance de l'annexion illégale de la République autonome de Crimée et de la ville de Sébastopol » et condamne fermement « le comportement hostile de la Russie en Europe ». ••• Lire l'article en entier
LA SÉNATRICE ET L’IMPOSTEUR
Par Galia Ackerman et Philippe de Lara
Vadim Rabinovitch et Nathalie Goulet au Sénat // Capture d'écran Euronews
Vadim Rabinovitch et Nathalie Goulet au Sénat // Capture d'écran Euronews
Le 21 juin, au Sénat, la sénatrice Nathalie Goulet a organisé « un point presse » avec Vadim Rabinovitch, un magnat de presse ukrainien et dirigeant du parti pro-russe « Plate-forme d’opposition Pour la Vie », et Marek Halter en tant qu’invité d’honneur. Ils allaient discuter à la fois de « L’antisémitisme en Ukraine » et de « Comment commémorer 80 ans du massacre de Baby Yar ? ». Mais Vadim Rabinovitch est-il un interlocuteur légitime ? ••• Lire l’article en entier
LE TRIANGLE ETATS-UNIS / RUSSIE / CHINE ET L'IMPROBABILITÉ D’UN RENVERSEMENT DES ALLIANCES
Par Jean-Sylvestre Mongrenier
jordanrussiacenter.org
jordanrussiacenter.org
La priorité accordée par la diplomatie américaine à la menace chinoise laisse parfois redouter un virage en faveur de la Russie, l’objectif étant d’introduire un coin entre Pékin et Moscou. Prompts à relayer les éléments de langage de la propagande russe, quelques enthousiastes expliquaient déjà que la rencontre entre Joe Biden et Vladimir Poutine, à Genève, le 16 juin dernier, poserait les jalons d’un nouveau rapprochement russo-américain, aux dépens de la Chine populaire. En vérité, un tel scénario géopolitique néglige la force de l’alliance sino-russe. ••• Lire l’article en entier
GUERRE DU KARABAKH : COMMENT L'IMAGE DE LA RUSSIE S'EST DÉTÉRIORÉE EN ARMÉNIE ET EN AZERBAÏDJAN
Par Leila Alieva
Un poste de contrôle de l'armée russe dans le Haut-Karabakh // Ministère de la défense russe
Un poste de contrôle de l'armée russe dans le Haut-Karabakh // Ministère de la défense russe
Rien ne prouve qu'une Russie économiquement affaiblie ait cessé de voir les conflits non résolus comme un outil permettant de garder le contrôle sur ce qu'elle considère comme sa sphère d'influence. Le résultat de la guerre du Karabakh de 2020 pour la Russie pourrait se résumer ainsi : La Russie a facilité la fin des combats afin de renforcer sa présence militaire et d'accroître son contrôle coercitif sur la région. Mais cette lecture ne tient pas compte du fait que l'issue de la guerre du Karabakh a également offert une illustration frappante de la faiblesse de la Russie : une présence militaire accrue n'a pas empêché une nouvelle détérioration de l'autorité et de l'image de Moscou dans la région. ••• Lire l’article en entier
L’AVOCAT QUI SAUVE LES INNOCENTS DE LA GUEULE DU LÉVIATHAN
Par Zoïa Svetova
Ivan Pavlov et son client Viktor Koudriavtsev au tribunal // Photo : Natalia Diomina, trv-science.ru
Ivan Pavlov et son client Viktor Koudriavtsev au tribunal // Photo : Natalia Diomina, trv-science.ru
Ivan Pavlov, l’un des plus célèbres avocats russes, perpétue la tradition des avocats soviétiques qui défendaient les dissidents. Depuis 20 ans, il représente ceux que le pouvoir considère comme ennemis du peuple, traîtres à l’État, espions. Aujourd’hui, il se trouve lui-même dans le collimateur de la justice russe. ••• Lire l’article en entier
POURQUOI STALINE REFUSAIT-IL DE CROIRE À UNE ATTAQUE ALLEMANDE?
Par Françoise Thom
Staline et Ribbentrop au Kremlin le 23 août 1939 // Bundesarchiv
Staline et Ribbentrop au Kremlin le 23 août 1939 // Bundesarchiv
Dans la nuit du 21 au 22 juin 1941, l’Allemagne hitlérienne attaque l’URSS. Malgré les avertissements fusant de toutes parts, Staline ne croyait pas à cette éventualité. D’où lui venait une telle certitude ? Staline avait très tôt compris qu’Hitler allait torpiller l’ordre européen, et il ne demandait pas mieux que de s’associer provisoirement à cette œuvre de destruction, en attendant de la poursuivre pour son propre compte. Staline était persuadé, dès l’arrivée d’Hitler au pouvoir, qu'une nouvelle guerre européenne ferait triompher le communisme dans toute l'Europe. L’entente avec l’Allemagne était une affaire personnelle pour lui. ••• Lire l’article en entier
L’IRRÉSISTIBLE ATTRAIT DE L’AUTORITARISME
Anne Applebaum, Démocraties en déclin, traduit par Aude de Saint-Loup et Pierre-Emmanuel Dauzat. Paris, Grasset, 2021.
Par Philippe de Lara
« Quand les conditions sont réunies, toute société peut se retourner contre la démocratie. » La séduction de l’autoritarisme semble aujourd’hui irrésistible. Anne Applebaum décrit les mécanismes du crépuscule de la démocratie, de Washington à Varsovie. Son récit est glaçant, mais formidablement éclairant. Les « mouvements polarisants » d’aujourd’hui rappellent l’ère des mobilisations totalitaires il y a un siècle. Et, comme hier, il faut comprendre les périls pour les vaincre. ••• Lire l’article en entier
« Nouvelle Eurasie » : nouveau gadget politique de Poutine ? Le régime de Poutine serait-il à court d’idées politiques ? Le mouvement « Nouvelle Eurasie », qui vient d’être créé en Russie, se targue de promouvoir l’intégration dans l’espace post-soviétique. Parmi les fondateurs se trouvent le vieux routier de la politique russe Sergueï Mironov et l’écrivain Zakhar Prilépine, connu pour avoir combattu en Tchétchénie « contre les terroristes » et dans le Donbass, aux côtés des séparatistes pro-russes, où il a même formé son bataillon. Tout comme l’écrivain Edouard Limonov, Prilépine a été membre du Parti national-bolchevik d’opposition, mais depuis l’annexion de la Crimée, il défend corps et âme la politique de Poutine. L’idée eurasienne existe depuis un siècle, mais le mouvement espère lui donner un nouveau souffle : pour ses ténors, la Russie est bien plus qu’un pays, car avec les pays frontaliers elle incarne une civilisation à part, face à l’Europe et à la Chine. Le congrès fondateur de « Nouvelle Eurasie » tenu le 18 juin à Tioumen en Sibérie a rassemblé des personnalités publiques et religieuses d'Azerbaïdjan, du Belarus, du Kirghizstan et de la DNR, la république autoproclamée de Donetsk. Le dirigeant de la Crimée Sergueï Axionov avait envoyé un discours de soutien, lu par un participant. « Nous voyons la “Nouvelle Eurasie” comme une véritable alliance politique et militaire d'États prêts à défendre ensemble leur souveraineté, leurs valeurs et leur mode de vie », proclame le manifeste. 
  • Six mois après les combats au Nagorny Karabakh, une analyse fouillée des experts de Crisis Group se penche sur les relations Arménie-Azerbaïdjan et le rôle de Moscou. (en anglais)
  • Un rapport collectif qui décortique le discours complotiste en Ukraine : Why conspiratorial propaganda works and what we can do about it. Audience Vulnerability and Resistance to AntiWestern, pro-Kremlin Disinformation in Ukraine. Parmi les auteurs, on notera en particulier Peter Pomerantsev, Volodymyr Yermolenko, Martin Innes et une dizaine d’autres experts. (en anglais)
  • Le 16 juillet, la Fédération de Russie et la Chine vont célébrer le 20e anniversaire de leur Traité d’amitié et de coopération. Cependant, les deux pays gardent une certaine méfiance l’un vis-à-vis de l’autre. Selon l’expert russe Maxime Troudolioubov, les Chinois ont une mémoire historique longue : « Historiquement, la Russie est l'une des puissances coloniales. À l'aube de cette nouvelle ère, la Russie faisait partie de l'Occident, agissait comme un empire occidental et était perçue comme telle par le monde non occidental. Les revendications de la Chine vis-à-vis de la Russie, qui n'ont toujours pas été retirées, sont des revendications vis-à-vis d'un ancien empire colonial. […] Les politiciens en place au Kremlin se positionnent dans le rôle d'ardents combattants contre l'Occident. Le problème est que la mémoire des partenaires non occidentaux de Moscou est beaucoup plus longue que celle des Russes. La logique du Kremlin est compréhensible, mais elle est dictée par des vues façonnées par les années de la guerre froide. C'est la perspective de plusieurs décennies. Pendant ce temps, les politiciens chinois considèrent la Russie — et le reste du monde — sous l'angle des siècles. C'est pourquoi la Russie reste l'Occident historique et fait donc l'objet de revendications chinoises dont on ignore l'ampleur exacte. » (en russe)
  • Anna Akhmatova, la parole libre. Un podcast sur France Culture. Cette immense poétesse russe, née le 23 juin 1889, fut censurée, traquée, persécutée par le régime soviétique. Son premier mari, le poète Nikolaï Goumilev, fut fusillé par les bolcheviks ; son fils Lev passa dix ans au Goulag ; son troisième mari, Nikolaï Pounine, mourut au Goulag. Sur sa relation avec Modigliani, un ouvrage à lire : Elisabeth Barillé, Un amour à l’aube : Amedeo Modigliani - Anna Akhmatova, Grasset, 2014
  • Dans le cadre du festival du cinéma russe, Quand les Russes nous bouleversent (7e édition), le film magistral d’Andreï Kontchalovski, Chers camarades, sur la révolte des ouvriers à Novotcherkassk, en juin 1962. Cruellement écrasée, elle fut un tabou pendant toute la période soviétique. Séances : Mardi 29 juin et dimanche 4 juillet, à 19 h, au cinéma Balzac. Toute la programmation : Programmation | Quand les Russes
  • Auteur mondialement connu du chef-d'œuvre Vie et destin, Vassili Grossman a été lors de la Seconde Guerre mondiale correspondant de guerre, suivant l'Armée rouge au cœur des combats. L'agression nazie de 1941, l'arrivée des troupes russes à Treblinka, l'entrée dans Berlin en ruines, la capitulation allemande de mai 1945. Années de guerre (Autrement, mai 2021) est constitué de récits héroïques, dramatiques ou glaçants. Il s’agit tout autant d’un formidable recueil littéraire que d'un extraordinaire document pour l'histoire.
  • Kirill Serebrennikov, célèbre metteur en scène et réalisateur qui a longtemps souffert dans les griffes de la justice russe, va bientôt présenter son nouveau film, une épopée fantastique, Petrov’s flu. Il s’agit d’une production franco-helvético-russe. Ce mois-ci, le film a été sélectionné pour le prochain Festival de Cannes.
Nous sommes une équipe de rédacteurs bénévoles, mais nous avons des frais incompressibles. Nous comptons sur votre générosité !
Avez-vous aimé ce numéro ?
Desk Russie

Toute l'info sur la Russie dans votre boîte e-mail, deux fois par mois.

Pour vous désabonner, cliquez ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Propulsé par Revue
Assocation À l'Est de Brest-Litovsk • Tour Essor • 14 rue Scandicci • 93500 Pantin • France