Voir le profil

Desk Russie n°39 – Réfléchissons dès maintenant sur la Russie post-poutinienne

Desk Russie
Desk Russie n°39 – Réfléchissons dès maintenant sur la Russie post-poutinienne
Par Desk Russie • Numéro #39 • Consulter en ligne
Chères abonnées, chers abonnés,
Après un mois de vacances studieuses, notre petite équipe reprend ses publications. À partir de ce numéro, nous allons revenir à des parutions bimensuelles, qui nous permettront de partager avec vous des articles plus analytiques, de meilleure qualité, souvent plus difficiles à obtenir à une fréquence hebdomadaire. Nous avions adopté ce format temporairement, pour répondre à l’urgence de l’actualité, celle de l’agression russe contre l’Ukraine. Or, la guerre s’annonce longue, et il nous semble important de mieux utiliser nos cartouches. 
Avant de vous présenter le contenu de cette nouvelle édition de la newsletter, nous souhaitons rendre un bref hommage à Mikhaïl Gorbatchev (1931-2022). Le bilan du premier (et dernier) président soviétique est décrit de façon imagée par l’opposant bélarusse Alhierd Bacharevič : « Gorbatchev était un tsar qui avait une machine à sa disposition, une machine dont la fonction principale était de tuer des gens. Ceux qui obéissaient, elle les tuait moralement. Ceux qui résistaient, de quelque façon que ce soit — physiquement. Gorbatchev pouvait disposer de la machine comme il le souhaitait. Mais il en a cassé la pièce la plus importante — délibérément, pour que la machine s’arrête. Puis il a couru autour d’elle en criant que la machine était réparable, qu’elle pouvait fonctionner sans cette pièce, qu’elle pouvait être adaptée à autre chose. Mais la machine n’avait été construite que pour tuer. Et tandis qu’elle était là, brisée par son machiniste, beaucoup de choses avaient changé. C'était si rapide, comme dans un rêve, un conte de fées, un livre. » Nous reviendrons plus en détail sur le bilan politique et humain de Gorbatchev dans le prochain numéro de la newsletter de Desk Russie
Dans cette édition, nous avons choisi de parler de la perception de la guerre dans la société russe. C’est à ce thème qu’est consacré le long entretien avec le sociologue Lev Goudkov, directeur scientifique du centre Levada (déclaré « agent de l’étranger » par le régime de Poutine). De leur côté, le journaliste et essayiste britannique Edward Lucas et le politologue russe Alexander Morozov, chercheur à l’université Charles, à Prague, réfléchissent à l’avenir de la Russie, à la sortie de la guerre. 
Une sélection de trois articles traite du rôle de la violence et de la cruauté dans la société russe, en lui trouvant des racines aussi bien dans le passé lointain que dans l’histoire récente, et dans le rôle de la propagande qui vise à l’abrutissement des cerveaux. Outre l’article de Jean-François Bouthors, connu de nos lecteurs, nous publions les textes d’une jeune historienne russe vivant désormais à Berlin, Ksenia Krimer, et d’un écrivain, réalisateur, scénariste et dramaturge russe, Edward Topol, qui a émigré aux États-Unis en 1978, mais reste populaire en Russie. Ces trois auteurs expliquent la brutalité et la barbarie inouïes des militaires russes vis-à-vis des civils ukrainiens, et leur constat est, hélas, sans appel. 
Nous publions également les billets de Lola Kantor-Kazovsky et d’Olga Medvedkova, qui parlent du peu d’empathie d’une grande partie des Russes vis-à-vis des souffrances ukrainiennes. Pour la Russo-Israélienne Kantor, les Russes ne peuvent pas prétendre que la guerre ne les concerne pas. Même s’ils sont contre la guerre, telle est l’anthropologie de celle-ci : elle frappe à toutes les portes.
Enfin, nous publions, en guise de bonnes feuilles, le remarquable texte de Denis Eckert, qui explique comment le pouvoir russe instrumentalise l’histoire dans le but de dénier à l’Ukraine le droit à l’existence. 
Comme toujours, nous vous proposons une caricature de notre dessinateur Epo, qui continue sur sa lancée ukrainienne, et une sélection de recommandations et de zakouski. 
Nous vous signalons également deux textes parus pendant la pause estivale, directement sur notre site : 
Les activités de notre club de débat reprendront en octobre. D’ici là, nous vous conseillons de regarder les dernières vidéos que nous avons publiées sur notre chaîne YouTube, et notamment le débat, assez houleux, qui a opposé André Markowicz et Olga Medvedkova sur le rôle de la culture russe : « Pendant la guerre contre l’Ukraine, la culture russe peut-elle et doit-elle se faire entendre ? »
Bonne lecture à toutes et à tous !

Photo : le Parti des morts
Photo : le Parti des morts
Lev Goudkov : « Une tentative de restauration du système totalitaire et de la conscience totalitaire est à l’œuvre en Russie »
Dans cet entretien accordé au média russe en ligne Meduza (étiqueté « agent de l’étranger » et interdit en Russie), le sociologue Lev Goudkov, directeur scientifique de l’influent centre Levada, explique pourquoi de nombreux Russes ont accepté la guerre et continuent de soutenir les autorités. Lire l’entretien.
Participants au Forum des peuples libres de Russie. // Compte Twitter de Sergej Sumlenny
Participants au Forum des peuples libres de Russie. // Compte Twitter de Sergej Sumlenny
« Nous n’attendons pas : nous nous préparons »
Par Edward Lucas
D’éminents experts occidentaux réfléchissent collectivement à ce que pourrait être le démantèlement de la Fédération de Russie. Le journaliste et écrivain britannique Edward Lucas, un des meilleurs spécialistes de l’espace postsoviétique, a pris part au Forum des peuples libres de Russie, qui s’est tenu à Prague du 22 au 24 juillet dernier. Desk Russie propose une traduction légèrement abrégée de son intervention. Lire l’article.
Manifestation d’émigrés russes à Prague, en mars 2022. Photo de l’auteur
Manifestation d’émigrés russes à Prague, en mars 2022. Photo de l’auteur
La prise de conscience que permet un désastre
Par Alexander Morozov
Philosophe et enseignant, l’auteur pragois d’origine russe Alexander Morozov analyse la catastrophe que représente, pour la Russie elle-même, la guerre d’agression en cours. Il dresse une liste de six constats cinglants. Lire l’article.
Evgueni Nikitine. Image créée à l’aide de l’IA Midjourney. // Page Facebook de l’auteur
Evgueni Nikitine. Image créée à l’aide de l’IA Midjourney. // Page Facebook de l’auteur
Regarder en face la violence russe
Par Jean-François Bouthors
Selon l’essayiste et journaliste français Jean-François Bouthors, il convient d’envisager ce à quoi les Ukrainiens font face. On se tromperait en répondant à cette question par le seul nom de Vladimir Poutine. Même si l’armée russe subit une défaite en Ukraine, l’enracinement très profond de la brutalité, du mensonge et du cynisme dans la société russe n’est pas près de disparaître. Lire l’article.
Concert de « chansons » diffusé par la principale chaîne de télévision russe. // Pervy kanal, capture d’écran
Concert de « chansons » diffusé par la principale chaîne de télévision russe. // Pervy kanal, capture d’écran
La société de la violence
Par Ksenia Krimer
L’historienne russe Ksenia Krimer évoque la brutalité qui, en Russie, pénètre différentes sphères de la vie : on la retrouve dans des chansons connues de tous, mais aussi dans les prisons, les orphelinats, les cliniques, au sein des familles et, bien sûr, dans l’armée. Les relations violentes dominent dans tous les domaines de la vie sociale. Lire l’article.
Photo : page Facebook d’Alexey Orlov
Photo : page Facebook d’Alexey Orlov
L’expulsion de la culture et la culture en exil
Par Edward Topol                                                               
Écrivain russo-américain de grande renommée en Russie, Edward Topol se penche dans cet essai sur la « sélection négative » qui s’opère dans son pays d’origine, depuis la révolution d’Octobre jusqu’à ce jour, au travers des vagues successives de terreur et d’émigration. Serions-nous en train d’assister à un abêtissement de la population sous l’emprise de la propagande, tandis que les milieux cultivés s’amenuisent dramatiquement ? Les émigrés pourront-ils continuer à porter la culture russe ? Et, si oui, pour quel public ? Un constat amer et pessimiste que nous publions dans une version légèrement abrégée. Lire l’article.
File d’attente pour un visa israélien au consulat des Pays-Bas à Moscou, en 1990. // Compte Twitter @HistoryFoto
File d’attente pour un visa israélien au consulat des Pays-Bas à Moscou, en 1990. // Compte Twitter @HistoryFoto
Lettre à des amis russes
Par Lola Kantor-Kazovsky
Forte de son expérience en Israël, la chercheuse russo-israélienne Lola Kantor-Kazovsky s’adresse aux Russes pour leur expliquer qu’il ne peut y avoir d’innocents et de personnes « non concernées » lorsqu’un pays mène une guerre en leur nom. Il faut savoir écouter les signaux qu’envoie l’autre partie du conflit. Lire l’article.
Fresque de Christian Guémy, alias C215, à Paris, à l’angle des rues Patay et Domrémy. // Compte Twitter de la Ville de Paris
Fresque de Christian Guémy, alias C215, à Paris, à l’angle des rues Patay et Domrémy. // Compte Twitter de la Ville de Paris
L’Ukrainienne
Par Olga Medvedkova
Franco-Russe spécialiste de l’histoire de l’art, Olga Medvedkova dresse le portrait touchant d’une jeune Ukrainienne arrivée en France pour fuir les horreurs de la guerre, comme des milliers de ses compatriotes éparpillés en Europe. Lire l’article.
Andreas Kappeler. Photo : Kaniewski/DW
Andreas Kappeler. Photo : Kaniewski/DW
Russes et Ukrainiens : les frères inégaux, du Moyen Âge à nos jours
Par Denis Eckert
Comment le pouvoir russe instrumentalise-t-il l’histoire dans le but de dénier à l’Ukraine tout droit à l’existence ? C’est à cette question que répond Russes et Ukrainiens : les frères inégaux, du Moyen Âge à nos jours, ouvrage dû à l’historien allemand Andreas Kappeler et qui vient de paraître aux éditions du CNRS. Il a été traduit en français par le chercheur Denis Eckert, qui signe également son avant-propos. Desk Russie le reproduit. Lire le texte.
Le régime de Poutine frappe ses meilleurs cadres
Par Epo
Notre dessinateur Epo fait allusion à l’arrestation, fin juin, du brillant économiste libéral Vladimir Maou, recteur de l’Académie de l’économie nationale et du service d’État auprès du président russe. La raison de cette arrestation ? Une fumeuse accusation d’escroquerie. Il s’agit probablement d’un avertissement adressé aux quelques libéraux qui font encore tourner l’économie russe. Voir la caricature.
Gorbatchev : un grand homme pour qui ?
Gorbachev’s death cracks open Europe’s Russian divide
Traqués, menacés, contraints de diffuser la propagande du Kremlin
Russian civil society calls on EU to lead process to establish Special Rapporteur on Russia at HRC51
Journées du patrimoine
L’Ukraine et ses confins
Livres
Sciences humaines
Rentrée littéraire
Sergueï Lebedev, « Le Débutant »
Laura Poggioli, « Trois sœurs »
Iouri Riabinkine, « Le Siège de Léningrad »
Cinéma
Rétrospective Slava Ukraïni !
Sergueï Loznitsa, « Babi Yar. Contexte »
« Une grande fille », de Kantemir Balagov (2019)
Le numéro d’août de KinoKultura
Soutenez notre association avec Paypal
Soutenez notre association avec Helloasso
© 2022 • Desk Russie • Association À l'Est de Brest-Litovsk
Avez-vous aimé ce numéro ?
Desk Russie

Toute l'info sur la Russie dans votre boîte e-mail, un vendredi sur deux.

Pour vous désabonner, cliquez ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Propulsé par Revue
Assocation À l'Est de Brest-Litovsk • Tour Essor • 14 rue Scandicci • 93500 Pantin • France