Voir le profil

Vous lisez encore FIERE et je vous en remercie une nouvelle fois

Revue
 
Bonjour, Nouvelle parution de FIERE. Je vais te dévoiler un peu de la raison d'être de cette newslet
 

FIERE

13 décembre · Numéro #61 · Consulter en ligne
Quelques sources d'inspiration pour développer nos conversations humaines.

Bonjour,
Nouvelle parution de FIERE. Je vais te dévoiler un peu de la raison d'être de cette newsletter. Parce que plusieurs des abonnés me l'ont demandé. Parce qu'y répondre me permet également de poser ma réflexion sur l'existence de FIERE.
C'est un moyen de mettre en application ce que je recommande de faire. J'ai un défaut ou une qualité que j'ai quasiment érigé en règle de conduite professionnelle : je ne recommande de faire que ce que j'ai moi même testé, réalisé, utilisé. Donc si je recommande de produire du contenu, et d'expliquer que c'est facile, notamment en utilisant sa veille, je me dois de le faire pour le prouver. Sinon, je tombe dans le syndrome du formateur d'auto école : il t'apprend à conduire et lui n'a pas le permis.
Partager ma veille avec vous est un plaisir, une occasion d'engager une conversation. Et en même temps, c'est un exercice qui me fait progresser en structurant mes réflexions, me fait réfléchir sur l'argument pour accompagner chaque information. Tout ce travail alimente mes interventions professionnelles, aussi bien lors de conférences que d'ateliers de formations.
Aussi, je te remercie de me lire, de me répondre, car tu es mon motivateur pour continuer à travailler.
FIERE est pour toi. Et pour moi. FIERE est à nous, ensemble.
Bruno

1- Flippant
Le pire est à venir ! Voilà ce qu'on peut tirer comme enseignement de cette analyse. “On compte plus de 45,5 millions de tweets ayant relayé ou commenté une fake news en 2019 alors que le chiffre ne s’élevait qu’à 35,4 millions en 2018”. Pas vivement 2020 !
Rester optimiste dans notre monde mérite de recevoir une médaille.
Et ce n'est pas que la politique qui est concernée. Le business l'est tout autant. A croire même que produire de fake news pourrait devenir une stratégie : “L’étude met notamment en avant le cas de Vinci, qui a perdu 7 milliards d’euros en valorisation boursière après la diffusion d’une fausse nouvelle de détournement de fonds en 2016.”
Et la vérité, la démonstration d'une fake news, n'est pas vraiment la solution. Le cerveau humain est complexe et une fois la fausse info démontrée, elle reste tout de même ancrée dans nos neurones.
Un mensonge peut faire le tour de la Terre le temps que la vérité mette ses chaussures. Mark Twain
La fake news fait place à la suspicion sur la vraie info. Il faudrait que je vous parle de la perte de confiance envers des faits avérés portés par la science. Je suis de formation scientifique, donc je suis un peu déformé. On ne croit plus la science, on croit les fake news, et ça c'est #flippant !
Nous vivons une véritable épidémie de fake news et il n'y a pas vraiment de remède
2- Inspirant
Cette conférence TEDx m'a totalement inspiré. Elle n'est pas extraordinaire en soi. Elle raisonne en moi parce qu'elle parle d'un sujet qui me passionne : les conversations.
Celeste Headlee, dans sa conférence, partage 10 conseils qui sont du bons sens et pourtant, j'en suis quasiment certain, vous ne les respectez pas et moi non plus.
J'en retiens trois :
  • Etre présent dans la conversation. Réellement présent. Pas facile car nous parlons à une fréquence de 225 mots / minutes et nous pouvons écouter à une fréquence de 500 mots / minutes. Il faut donc contrôler son cerveau qui comble le vide des 275 mots manquants, et nous fait sortir de l'écoute donc de la conversation.
  • Je dois toujours entrer dans la conversation en partant du principe que j'ai quelque chose à apprendre de mon interlocuteur pour être réellement dans la conversation et pas dans la prise de (ma) parole.
  • Les conversations ne sont pas des opportunités d'auto-promotion.
Prenez 11 minutes pour l'écouter. Et dites moi en retour si, comme moi, vous avez trouver son intervention #Inspirante
Celeste Headlee: Dix façons d'améliorer ses conversations | TED Talk
3- Enthousiasmant
Jack Dorsey, qui a repris les rênes de Twitter, travaille, selon moi, à vraiment rendre son outil meilleur, utile et sa réflexion va dans le bon sens. Ce qui, en aparté, n'est vraiment pas le cas de Facebook.
Son projet d'ouverture de sa plateforme est hyper interessant. Je vous cite le paragraphe dans l'article qui va vous permettre de comprendre l'intérêt “Grâce à ces protocoles standards [pour les emails], un utilisateur de Gmail peut envoyer un message sans problème à un utilisateur de Hotmail ou même à quelqu'un ayant son propre serveur de mails. Ce n'est pas le cas dans le monde des réseaux sociaux, où Facebook, Twitter ou TikTok sont autant d'écosystèmes propriétaires fermés. Se doter d'une brique de base pour les réseaux sociaux similaire à ce que SMTP [le protocole standard] est au mail serait une petite révolution.”
Passer d'un réseau fermé à un réseau ouvert, pour ne pas porter sur ses “épaules le poids de devoir décider quel contenu est autorisé ou non et quel contenu est poussé vers les utilisateurs en priorité”, ça, c'est #Enthousiasmant.
Twitter veut dynamiter les réseaux sociaux | Les Echos
4- Pour Réfléchir Ensemble
Réapprendre à vivre. Sans écran. C'est violent comme phrase ! Et pourtant, nous en sommes là. Pourquoi me direz vous ? Pour “expérimenter de nouvelles relations aux autres, plus sincères et à rebours de nos échanges instantanés.”
Aurions nous perdu la valeur de nos écris ? “Il y a quelque chose de particulier dans le fait d’écrire, c’est plus intime, tu fais un effort parce que tu n’as pas envie d’écrire quelque chose d’inintéressant”. Comparé à la masse d'ineptie inutile sur les réseaux sociaux, c'est un devoir de se remettre à écrire sur une feuille blanche en papier avec un stylo.
Voilà ce qu'elle a constaté, qui fait écho à #Inspirant : “Cela m’a permis d’apprendre énormément de choses, je parlais peu, mais j’écoutais, poursuit celle qui cherche encore à comprendre l’ampleur de notre addiction au numérique.” Et oui, on peut parler d'addiction. D'après toi, combien de fois touchons nous notre téléphone : 512 fois, 1765 fois, 2 617 fois ou 3402 fois.
Et en bénéfice, le goût de l’ennui lui est revenu. Depuis combien de temps ne t'es tu pas ennuyé ? C'est un moyen de devenir plus créatif dans l'usage de ton temps. J'ai réussi, depuis quelques mois à accepter l'ennui. Ne rien faire et surtout, ne pas remplir ce moment par un autre vide que sont les réseaux sociaux.
J'essaye de mon côté, sans être aussi radical que Nastja Säde Rönkkö, de me détoxiquer du digital, de privilégier le temps de réflexion en me déconnectant. De prendre le temps de construire ma pensée en écrivant cette news (ok, sur mon ordi. J'ai fermé toutes les autres applications), de la partager avec vous, tout ça pour #ReflechirEnsemble.
6 mois sans Internet : « j’étais en paix, je n’avais plus besoin de combler le vide »
Alors, #Flippant #Inspirant #Enthousiasmant #ReflechirEnsemble tu en penses quoi de tout ça ?
PS : [pour la planète] Une page pour tous au lieu d'un même message stocké par tous
Pour le bien de la planète, ne conserve pas ce message dans ta boite mail une fois que tu auras lu les 4 informations partagées. Supprime le définitivement, ça évitera de dépenser de l'énergie de stockage pour rien. Merci beaucoup.
Si tu as besoin de retrouver un article, ils sont accessibles à tout le monde sur cette page et scindés en articles sur consonaute.fr mon blog.
Si tu souhaites mieux “Maitriser LinkedIn”, rejoins la communauté de cette autre newsletter 100% stratégie et conseils sur LinkedIn.
Avez-vous aimé ce numéro ?
Si vous ne voulez plus recevoir les prochaines mises à jour, vous pouvez vous désabonner ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Propulsé par Revue
16 rue Aristide Briand, 92130 Issy les Moulineaux