Voir le profil

Flippant, Enthousiasmant et pour Réfléchir ensemble

Revue
 
Bonjour Voilà les trois news issues de ma veille que je partage avec vous, toujours réparties sur les
 

FIERE

27 juin · Numéro #54 · Consulter en ligne
Quelques sources d'inspiration pour développer nos conversations humaines.

Bonjour
Voilà les trois news issues de ma veille que je partage avec vous, toujours réparties sur les thématiques #flippant, #enthousiasmant et #refléchirensemble.
Bonne lecture. Profitez bien de votre journée. Et de votre week-end.

1- Flippant
Je ne sais pas pour vous, moi ça me fait vraiment flipper de voir un réseau social tel que Facebook créer une monnaie (une monnaie ! de l'argent !) en dehors de tout système bancaire. Vous me direz, les banques, c'est ce qui nous a mené aux crises financières directement sans passer par la case départ, ni prison d'ailleurs (coucou le Monopoly).
Savoir en outre que 27 partenaires, et pas n'importe lesquels, ont payé 10 millions (minimum !) de dollars pour participer au projet, je me dis qu'ils ont “tous” abdiqué face à Facebook et ses 2,3 milliards de membres.
Cerise sur le gâteau, si je puis dire, le réseau social a déposé les statuts de sa nouvelle filiale, Libra Networks, au registre du commerce de Genève. En Suisse.
Je sais pas où ça va nous mener, cependant, c'est #flippant Sans parler des failles de sécurité et d'utilisation de toutes nos données personnelles.
Je vous invite à regarder la vidéo de l'ami Cyrille de Lasteyrie, alias Vinvin https://www.linkedin.com/feed/update/urn:li:activity:6547361187187699712 sur le sujet
Libra : tout ce qu'il faut savoir sur les dangers de la monnaie de Facebook
2- Enthousiasmant
Je pourrais parler de prise de conscience salvatrice. Par tous les acteurs de l'influence. Il est temps de redonner de la crédibilité aux producteurs de contenus, à tous ceux qui prennent la parole pour partager une passion, un point de vue, une expertise, qui créent de la valeur pour leur audience.
La vitesse de détournement des outils technologiques est extrêmement rapide. Un algorithme décide de la visibilité d'un contenu ? Allez hop, on va le prendre à son propre jeu, acheter une fausse audience pour faire croire qu'on est “influenceur” et arnaquer marques et vraies audiences.
Ce mouvement éthique de la part des agences et de l'écosystème est une bonne chose, et ça c'est #enthousiasmant.
Après les scandales, les agences essaient de rendre l'influence plus éthique
3- Pour réfléchir ensemble
Un article du Guardian vraiment très interessant à lire “Deepfakes aren’t a tech problem. They’re a power problem”
Il concerne les deepfake (ces vidéos totalement fausses créées avec de l'IA) et l'approche de leurs traitements. [Note de la rédacteur (c'est à dire moi) : cette information aurait tout aussi bine pu figurer dans la rubrique Flippant]
Entre les extraordinaires prouesses technologiques et les enjeux purement mercantile des réseaux sociaux, le journal pose une question bien dérangeante : avons nous bien compris le danger et apportons nous la bonne réponse ?
L'auteur s'appuie sur la raison pour laquelle une fausse vidéo de Nancy Pelosi s'est répandue sur les réseaux sociaux. Ce n'était pas parce qu'elle était technologiquement avancée, ou même particulièrement convaincante visuellement, mais en raison de la nature cynique des médias sociaux. Lorsque le modèle d'affaires d'une plate-forme consiste à maximiser le temps d'engagement afin de vendre des revenus publicitaires, le contenu qui divise, choque et conspirateur est propulsé au sommet du flux. 
Et les plateformes, Facebook ou plutôt son fondateur, font la promotion de la … technologie (encore plus de techno) pour limiter les dérives de la technologie (ce qu'on appelle le solutionnisme technologique)
Sa conclusion : “Si nous continuons à considérer les contrefaçons profondes comme un problème technologique plutôt que comme quelque chose de pourri au cœur de l'économie de l'attention, nous nous exposons en 2020 à la même vulnérabilité à la désinformation que nous l'étions en 2016.”
C'est tout l'enjeu d'en parler entre toutes les parties prenantes et de #ReflechirEnsemble
Deepfakes aren't a tech problem. They're a power problem | Oscar Schwartz | Opinion | The Guardian
One more thing !
Cette newsletter a plusieurs raisons d'être. Dont celle de représenter une phase d'essai, de “test & learn” pour travailler sur des méthodes d'exploitation avancée de la veille pour les commerciaux. Je suis persuadé que ces curations argumentées représentent un moyen pour les commerciaux de transmettre de l'information pertinente à leurs prospects et clients dans une démarche de Social Selling et d’influence professionnelle.
Si vous êtes concernés et/ou intéressés, je serai ravi d'en discuter avec vous par email, par téléphone, autour d'un café.
PS : La curation, c'est sélectionner des informations pertinentes parmi la profusion disponible, de les organiser, de les argumenter et de les mettre à disposition d'un public.

D'ici là, portez vous bien. Bonne fin de semaine et week end.
Avez-vous aimé ce numéro ?
Si vous ne voulez plus recevoir les prochaines mises à jour, vous pouvez vous désabonner ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Propulsé par Revue
16 rue Aristide Briand, 92130 Issy les Moulineaux