Voir le profil

bibi hebdo - Numéro #29

bibi hebdo - Numéro #29
Par bibi team • Numéro #29 • Consulter en ligne
On a pensé à vous, que vous soyez team juilletistes ou team aoûtiens ! Vous rentrez à Paris et vous avez envie de prolonger les festivités estivales ? Vous commencez en douceur vos vacances dans la capitale et souhaitez profiter de votre temps libre ? Plongez dans un bain de culture avec notre sélection très éclectique de la semaine.

Les expositions d'art
Cherry Blossoms, Damien Hirst - Fondation Cartier pour l'art contemporain
Exposition "Cherry Blossom" - Fondation Cartier
Exposition "Cherry Blossom" - Fondation Cartier
Voyage sur la route du Kisokaidō. De Hiroshige à Kuniyoshi – Musée Cernuschi
Femmes de lettres d’Annabelle Amory - Bibliothèque Louise Walser-Gaillard
Exposition d'art urbain dans un lieu insolite
L’Essentiel, l’expérience collective d’art éphémère dans une Poste désaffectée
L’Essentiel, l’expérience collective d’art éphémère dans une Poste désaffectée
Exposition historique : les communardes
Communardes - Médiathèque Edmond Rostand
Spectacle de cirque à la Villette
Le Cycle de l’Absurde, CNAC 2021 - La Grande Halle de la Villette
Les concerts et festivals en plein air
Les concerts flottants de l'Été du Canal font escale à la Villette
Le collectif Musique de Fête - Hippodrome de Vincennes
Une Zone d'Urgence Temporaire Artistique
ZUT : Zone d’Urgence Temporaire Artistique à la Villette
Le portrait de la semaine : Louise Michel
Louise Michel, circa 1880
Louise Michel, circa 1880
À qui le mot “révolution” vous fait-il penser ? Robespierre, Che Guevara, Napoléon, Lénine ? Ce sont presque toujours des hommes qui brandissent les drapeaux des grandes révolutions. Où sont passées les femmes révolutionnaires ? La médiathèque Edmond Rostand offre une réponse à cette interrogation, dans une exposition photographique mettant à l’honneur le combat des communardes. C’est un portrait de Louise Michel, institutrice anarchiste et révolutionnaire, que présente l’exposition. Grande figure de la lutte ouvrière du XIXème siècle, elle participe activement à la Commune de Paris (1871).
Louise Michel naît en 1830 d’une mère domestique au château de Vroncourt, en Haute-Marne. Elle est vraisemblablement la fille du châtelain, Laurent Demahis. Enfant, Louise Michel reçoit une éducation libérale et empreinte de la pensée des Lumières. Grâce à cette éducation solide et éclairée, Louise Michel devient institutrice. Dès ses premières années d'enseignement, elle affiche des idées politiques avant-gardistes et républicaines. Refusant de prêter serment à Napoléon III, Louise Michel fonde en 1852 une école à son image, libre et égalitaire, à Audeloncourt (Haute-Marne).
Lorsqu’elle arrive à Paris en 1856, elle découvre le militantisme républicain et socialiste. Elle croise la route de personnalités exceptionnelles dont Victor Hugo, Jules Vallès, Raoul Rigault et George Clemenceau. Après la chute de l’Empire en 1870, elle participe sans hésiter aux manifestations pour créer une commune révolutionnaire. Aux côtés de son ami Théophile Ferré, elle devient un membre important du gouvernement de la Commune de Paris en 1971. Louise Michel et ses camarades communardes poussent à l’extrême les possibilités révolutionnaires de la Commune : elles réclament le droit au travail, l’éducation universelle et laïque, l’égalité salariale et politique, et même, l’accès aux forces de combat. En 1871, elle est condamnée à la déportation en Nouvelle-Calédonie
Au bagne, Louise Michel embrasse l’anarchisme et soutient les autochtones canaques lors de leur révolte indépendantiste en 1878. Après son retour en France en 1880, Louise Michel reprend le combat : elle défend l’école laïque et universelle, s’oppose à la peine de mort et devient une figure importante de la lutte ouvrière. Louise Michel lutte surtout en faveur des droits des femmes. Elle est parmi les premières à dénoncer ouvertement le traitement des femmes dans les maisons de prostitution, qu’elle qualifie d’esclavagisme.
Louise Michel meurt le 9 janvier 1905. Mais ses mots et ses combats sont encore d'actualité : “[La place des femmes] dans l’humanité ne doit pas être mendiée, mais prise” (Louise Michel). Récemment, Michel Ocelot lui a rendu hommage dans son film Dilili à Paris (2019), où la fillette canaque a pour institutrice Louise Michel.
À la recherche d'autres activités ce week-end ?
Rendez-vous sur notre application pour des idées de sorties culturelles à foison et pour voir les événements qui intéressent vos amis !
Avez-vous aimé ce numéro ?
bibi team
Par bibi team

Actualités Culturelles & Événements

Pour vous désabonner, cliquez ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Propulsé par Revue