Voir le profil

bibi hebdo - Numéro #25

bibi hebdo - Numéro #25
Par bibi team • Numéro #25 • Consulter en ligne
La fête de la musique est déjà terminée ? Pas de panique, bibi continue à vous ambiancer tout l'été ! Plutôt musée, exposition, danse ou cinéma ? bibi saura trouver la pépite culturelle qui vous fera vibrer.
L'élégance de Coco Chanel vous attend lors d'une exposition au Palais Galliera. bibi vous a même réservé des places gratuites pour l'occasion !
Côté expositions, les femmes sont à l’honneur au Centre Pompidou pour une rétrospective sur l’abstraction, et à la galerie l’Expo Montmartre pour une exposition-vente caritative. Quant au cinéma, une exposition en plein air retrace l’histoire du 7ème art au féminin !
Si vous aimez la danse, l’Institut du monde arabe et le théâtre de la Villette vous proposent deux représentations poétiques et engagées. Sur la scène théâtrale, ne manquez pas Adieu monsieur Haffman au théâtre de l'œuvre et Adieu, je reste au théâtre des nouveautés
Enfin, bibi vous réserve de belles surprises musicales : un concert à l’Institut du monde arabe, et un récital de piano à la paroisse Saint-Merry.

Exposition de design textile & Jeu concours
Les expositions d'art
Elles font l'abstraction - Centre Pompidou
Les Femmes en Avant - Galerie L'expo Montmartre
Les femmes s’emparent du cinéma - Square Monseigneur Maillet
Les spectacles de danse
Héla Fatoumi & Eric Lamoureux, EX-POSE(E) - Institut du monde arabe
Hofesh Shechter, Grand Finale - La Grande Halle de la Villette
Les spectacles de théâtre
Adieu monsieur Haffmann - Théâtre de l'œuvre
Adieu, je reste ! - Théâtre des Nouveautés
Les concerts
Nawel Ben Kraïem : « Délivrance » - Institut du monde arabe
Maha ZAHID, piano - Paroisse Saint-Merry
Portrait de la semaine : Sophie Taeuber-Arp
Sophie Taeuber-Arp et "tête dada".
Sophie Taeuber-Arp et "tête dada".
Après un long oubli, Sophie Taeuber-Arp s’affirme comme une artiste majeure de l’abstraction des années 1920 et 1930. Comme la plupart des artistes femmes de cette époque, Sophie Taeuber-Arp n’obtient une reconnaissance posthume qu’à partir des années 1960. Sophie Taeuber-Arp est avant tout une artiste prolifique, excentrique et avant-garde emblématique.
Sophie Taeuber-Arp naît le 19 janvier 1889 en Suisse. La jeune femme étudie les arts appliqués en Suisse et en Allemagne, où elle se forme à la peinture, au dessin, et à la sculpture. Un moment clé va déterminer sa pratique artistique révolutionnaire : sa rencontre avec son amie Mary Wigman lui ouvre les portes de la danse d’expression, qui la passionnera au point de l’intégrer dans son art. Alors qu’elle s’installe à Zurich, l’artiste fréquente le Cabaret Voltaire dès 1916, un lieu de culture alternatif fondé par Hugo Ball et Emmy Hennings, et accueillant notamment des artistes fuyant la guerre. Là, elle découvre un art libéré et ouvert, loin des contraintes académiques et sociétales. 
Au sein du groupe Dada de Zurich, elle présente sur scène des chorégraphies modernes, en costumes étrangement futuristes. Ses créations artistiques sont particulièrement diverses et innovantes. Peu de médiums ont échappé à sa créativité : Sophie Taeuber-Arp peint, tisse, danse, sculpte des “têtes dada”, fabrique des marionnettesÀ la croisée de l’artisanat et du modernisme, Sophie Taeuber-Arp a su défier les frontières entre l’art et le design, créant des objets aussi beaux que décoratifs. Durant sa carrière extraordinaire, l’artiste collabore avec le danseur et théoricien Rudolf Laban, et fonde en 1941 une colonie d’art à Grasse avec la peintre Sonia Delaunay.
Sophie Taeuber-Arp meurt soudainement le 13 janvier 1943 à Zurich, en pleine effervescence créative. Elle laisse derrière elle, un héritage considérable qui inspirera de nombreux artistes, malgré un manque de reconnaissance par la suite. Plus qu’une artiste, Sophie Taeuber-Arp est une figure inspirante, une femme qui s’est imposée par sa créativité comme un membre à part entière des cercles avant-gardistes du début du XXème siècle.
Aujourd'hui, le monde redécouvre et célèbre cette artiste révolutionnaire. Le Tate Modern présente, à partir du 15 juillet 2021, la première rétrospective dédiée exclusivement au travail de Sophie Taeuber-Arp. En même temps, l’exposition Elles font l’abstraction au Centre Pompidou propose une salle en hommage à Sophie Taeuber-Arp, où vous pouvez découvrir entre autres, certains de ces tissages, costumes et têtes dada.
Avez-vous aimé ce numéro ?
bibi team
Par bibi team

Actualités Culturelles & Événements

Pour vous désabonner, cliquez ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Propulsé par Revue