Voir le profil

Une virée avec Joachim Bessing - Un dimanche à Hambourg #9

Arthur Devriendt
Arthur Devriendt
Moin Moin
Après quelques semaines d'absence, voilà que cette lettre fait son retour dans vos boîtes mail ! Une pause, pour des raisons personnelles et professionnelles, qui m'aura invité à réfléchir au format de cette newsletter et à ce qui pourrait venir l'enrichir, l'améliorer, la compléter.
Qu'aimeriez-vous lire davantage, sur Hambourg ou l'Allemagne ? Plus de portraits ? de lectures ? de faits divers ? de longs formats ? d'actualités politiques ? de conseils culturels ? Rayez les mentions inutiles ou utilisez la fonction «répondre» de votre messagerie pour me faire part de vos envies.
Dans l'attente de vos retours, je vous laisse explorer les actualités de ces derniers jours à Hambourg. Viel Spaß beim Lesen et à dimanche prochain !
Arthur Devriendt - @aboketabak

Une virée dans le Hambourg de Joachim Bessing
Comment fait-on, à quinze ans, pour avoir des nouvelles de Hambourg quand on habite à Heimerdingen, village du Wurtemberg, à la fin des années 80 ? On s'abonne au magazine Tempo. Jusqu'au jour où sa mère y mette fin après les clichés dénudés de l'actrice Brigitte Nielsen. Le voyage vers le nord s'impose.
The Cure dans les oreilles, le jeune Joachim Bessing monte dans le train et découvre les Landungsbrücken. Jusqu'à ce que son ami et lui trouvent, près du port, une boîte avec une inscription en cyrillique, que la police arrive — «les premiers véritables hambourgeois dont on a fait la connaissance» — et qu'ils soient interdits de séjour, soupçonnés d'espionnage industriel.
Quand l'actrice Brigitte Nielsen s'affiche à la Une de Tempo
Quand l'actrice Brigitte Nielsen s'affiche à la Une de Tempo
Les conserves de crabe retrouvées dans le carton ne témoignent pas d'une collusion étroite avec l'ennemi de l'est. Les poursuites sont donc vite levées. Mais pour Joachim, il faudra attendre quelques années, et une fête de la Saint Sylvestre improvisée, pour se rendre à nouveau au nord. Et y rester neuf ans.
C'est cette période de sa vie que donne à lire Joachim Bessing dans son dernier livre, Hamburg. Sex City, paru aux éditions Matthes & Seitz. Une plongée dans le Hambourg des années 90, entre rock et black noise, les soirées dans des lieux disparus (comme la discothèque Tempelhof) et des institutions toujours bien vivantes (le disquaire Ruff Trade Records, le Golden Pudel Club…).
Dans cette décennie qui suit la chute du mur, Hambourg se distingue alors des autres grandes villes allemandes par la «biodiversité» de sa scène culturelle. Sur un fond sonore pop (Lassie Singers) ou punk (Die Goldenen Zitronen), l'auteur vit et observe une «dispersion de musique et de théorie» qui traverse la ville, «de Sankt Pauli à Eimsbuttel en passant par Altona.»
Dans un texte qui nous replonge dans certaines empoignades théoriques des milieux de gauches de l'époque, Joachim Bessing n'hésite pas à sortir de Hambourg pour nous plonger dans la scène reggae, nous faire rencontre Lee Scratch Perry en Suisse et nous emmener avec lui jusqu'en Jamaïque.
Des détours qui peuvent surprendre le lecteur, mais qui ne sont pas vains. Quand il rentre en Europe, celui qui habite désormais à Francfort après être passé par Bonn s'interroge : «S'éloigner, n'est-ce pas en retour une forte de rapprochement ?»
Un titre phare des années 1990 : le groovy "Nordisch by Nature" de Fettes Brot
Un titre phare des années 1990 : le groovy "Nordisch by Nature" de Fettes Brot
Sur la toile · Les façades de Sankt Pauli
Si le livre de Joachim Bessing vous a donné envie de vous replonger à nouveau dans l'ambiance et l'histoire de Sankt Pauli, les ressources de Soul Pauli réunies et diffusées par Christian Heidemann arrivent au bon moment.
Idéales en cette période de crise sanitaire, elles sont directement et pleinement accessibles depuis votre canapé (ou dans les rues de Hambourg). Choisissez parmi l'une des 36 façades emblématiques du quartier et découvrez l'histoire des lieux, malgré les portes closes.
Rassemblement à Hambourg en souvenir des victimes de Hanau (Seebrücke)
Rassemblement à Hambourg en souvenir des victimes de Hanau (Seebrücke)
Attentat de Hanau : et après ?
Le coin des idées · « Ce que nous voulons lire »
Nouvellement créée et gérée par une équipe exclusivement féminine (Heide Kloth, Magdalena Mau, Kathrin Betka, Laura Hage et Tabea Worthmann), la maison d'édition hambourgeoise Ecco Verlag vient de publier son programme pour le printemps 2021.
Sous le titre «Ce que nous voulons lire», c'est un programme lui aussi 100% féminin qui est proposé aux lecteurs et lectrices. Cinq titres, d'écrivaines débutantes (Bianca Nawrath) ou confirmées (Joyce Carol Oates), à découvrir à partir du 23 mars prochain.
Quand «papa Bismarck» vacille sur son piédestal
La maison individuelle, un modèle dépassé ?
Le reste de l'actualité à Hambourg
En mémoire d'Özcan Arkoc, premier entraîneur turc de Bundesliga
Parce que leur histoire compte également
Une « étude » sur le COVID-19 secoue la communauté universitaire
Un gardien de Neuengamme remis à l'Allemagne
Le son du dimanche · Disarstar
Déjà épinglé en 2020 à la playlist avec son album «Klassenkampf & Kitsch», Disarstar revient en ce début d'année avec un EP de 5 titres où apparaît l'une des figures les plus en vue de la scène rap germanophone, Nura.
Fidèle à ses thèmes, le rappeur de Hambourg dresse le portrait d'une ville déchirée, marquée par les inégalités sociales, entre les villas de Blankenese, les «blocks» de Lurup et les bandes de Niendorf Nord.
Le son allemand (du dimanche) - La playlist Spotify
Avez-vous aimé ce numéro ? Oui Non
Arthur Devriendt
Arthur Devriendt @aboketabak

Chaque dimanche dans votre boîte mail, partez à la découverte de la ville de Hambourg, de ceux qui la font vivre et des idées qui l'agitent!

Pour vous désabonner, cliquez ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Created with Revue by Twitter.