Voir le profil

Un train de nuit pour Hambourg - Un dimanche à Hambourg #22

Arthur Devriendt
Arthur Devriendt
Moin Moin,
Rarement la France et l'Allemagne auront été aussi éloignés dans l'histoire récente. Certes, les deux pays sont arrivés tous deux à la deuxième place. En partant du haut pour la France, et en partant du bas pour l'Allemagne.
De quoi je parle ? De l'Eurovision bien sûr ! Et des trois petits points seulement pour Jendrik, le candidat originaire de Hambourg. Un résultat triste à l'image de la Spielbudenplatz, qui rassemble d'ordinaire plus de personnes qu'il n'y avait hier soir dans le stade de Rotterdam.
Passé l'Eurovision et l'annonce de l'annulation du prochain Schlagermove, la vie culturelle reprend peu à peu son cours normal. Depuis hier, les terrasses des restaurants comme les commerces peuvent réouvrir. Et à partir de vendredi, ce sont les cinémas qui pourront à nouveau accueillir le public !
Je vous souhaite un bon week-end prolongé, viel Spaß beim Lesen et à dimanche prochain !
Arthur - twitter : @aboketabak / facebook : @undimancheahambourg
PS : Je vous rappelle que si vous aimez cette newsletter, vous pouvez la soutenir financièrement. D'autres ont franchi le pas, n'hésitez pas à rejoindre l'aventure vous aussi !

Les Maries, « avec deux cœurs dans le corps »
Dimanche dernier – vous avez raté cet épisode ? ça se passe par ici – je découvrais le duo franco-allemand « Les Maries » et l'intégrait à la playlist. Depuis les pieds des Pyrénées où j'étais alors, j'ai eu Marie-Laure Timmich au téléphone, qui m'en a dit plus sur leur parcours et leurs projets :
Marie-Laure Timmich et Klaus Sieg forment le duo « Les Maries » (Jörg Böthling)
Marie-Laure Timmich et Klaus Sieg forment le duo « Les Maries » (Jörg Böthling)
Avec «Grau ist der Himmel und du bist schön», vous sortez la version ralentie d’un titre paru sur votre album l’année dernière. Pourquoi ?
On est fatigué du coronavirus, on est fatigué de ne plus sortir, c’est pour ça que ce morceau est plus lent. Quand nous avons composé la chanson originale («Wir brauchen heute nicht mehr rauszugehen» : nous n’avons plus besoin de sortir aujourd’hui), il n’y avait pas encore de problèmes avec corona. Et quand l’album est sorti, tout le monde a dit «c’est visionnaire !». Mais pour nous, c’était seulement une ode à la météo hambourgeoise. 
Quand avez-vous formé le duo « Les Maries » ?
Avant, on était cinq musiciens, avec batterie, basse et accordéon. Mais c’était trop compliqué pour organiser les concerts. En 2014, on a sorti notre premier album, produit par David Young du groupe Element of Crime. On a remarqué qu’on était bien, seulement à deux, au studio. Et comme nous sommes un couple, c’est plus facile.
Comment en êtes-vous venu à chanter en français et en allemand ?
Ma mère est française, marseillaise. Mon père vient lui du nord de l’Allemagne, du Mecklenbourg. J’ai une grande famille en France et j’y ai passé toutes mes vacances. Je suis née franco-allemande. Avec deux cœurs dans le corps, deux langues, c’était comme un besoin pour moi de m’occuper de ma culture.
Extrait du clip vidéo de « Wir brauchen heute nicht mehr rauszugehen » (Jörg Böthling)
Extrait du clip vidéo de « Wir brauchen heute nicht mehr rauszugehen » (Jörg Böthling)
Quelles sont vos sources d’inspiration, côté français ?
On aime beaucoup Serge Gainsbourg. On a repris «Bonnie & Clyde» et d’autres chansons de lui. J’aime aussi la nouvelle chanson française, comme Marianne Dissard et Françoiz Breut. Mais ce sont aussi les instruments qui sont importants pour notre musique. [Klaus] joue des guitares différentes, des guitares hawaïennes, des banjos, des guitares slides. C’est un peu de la musique avec des instruments anciens, des effets anciens. Et ça c’est très important pour notre son.
Beaucoup de personnes estiment que Hambourg a perdu sa place dans la scène culturelle allemande depuis les années 1990. Comment vous voyez cela ?
Hambourg est toujours une des villes de premier plan, parce c’est la plus grande ville après Berlin. Mais la culture ici, malheureusement, c’est beaucoup de comédies musicales. La ville de Hambourg est très connue pour ça. Les clubs alternatifs sont eux très menacés. Il n’y a pas beaucoup de subventions du côté de la ville et j’ai l’impression qu’en France, c’est plus facile.
Quelle est votre actualité pour les prochains mois ?
On travaille sur des reprises que l’on va sortir, comme le dernier morceau, seulement en numérique. On va aussi finir la « Galerie Les Maries». L’année dernière, nous avons eu une subvention du fonds citoyen franco-allemand pour commencer une galerie virtuelle avec la sortie de notre album. On a collaboré avec des artistes de différentes disciplines. Ils ont tous travaillé avec notre musique. La danseuse et chorégraphe Joséphine Auffray a fait un super clip vidéo.
Sur la toile · Une newsletter et des listes
+ de 100 000 abonnés à la newsletter !
Le cinéma Abaton passe en streaming
Lettres et manuscrits de W. Borchert
Le coin des idées · Train de nuit pour Hambourg
Vous n'avez sans doute pas échappé aux aventures du premier ministre français, Jean Castex, parti inaugurer jeudi soir la nouvelle ligne du train de nuit Paris-Nice et rentré vendredi matin… en avion. Faux pas ou faux procès ? Je ne m'aventurerais pas à trancher ici…
Plus aride mais plus intéressant en revanche est de se pencher sur le rapport, remis vendredi au parlement, consacré à « l'étude du développement de nouvelles lignes de trains d'équilibre du territoire ». À côté de la ligne Paris-Nice réactivée, c'est plus d'une vingtaine de lignes nationales et internationales qui sont identifiées.
Parmi celles-ci : la ligne Paris - Hambourg - Copenhague - Malmö. Un trajet de 1557 kilomètres au total, qui desservirait aussi Liège et Brême. Comme indiqué dans le rapport, c'est la section Bruxelles - Hambourg qui se ferait de « pleine nuit ». Les autres tronçons (Paris-Bruxelles et Hambourg-Malmö) se feraient eux en fin de soirée et début de matinée.
Extrait du rapport remis par le gouvernement français au parlement, vendredi dernier.
Extrait du rapport remis par le gouvernement français au parlement, vendredi dernier.
Avec une capacité par train de 554 places (dont 324 couchettes et 80 lits), les auteurs du rapport estiment à 251 000 personnes par an le nombre de passagers de nuit dans les deux sens. Pour un total, en incluant les passagers de jour, de 419 000 voyageurs annuels.
Loin d'être seulement le fruit de l'imagination de quelques fonctionnaires du ministère des transports en France, cette ligne s'inscrit dans la continuité de la démarche initiée par l'autorité suédoise des transports (la Trafikverbet) qui souhaite « créer des relations entre le sud de la Suède et la Belgique ». La ligne desservant Paris à Hambourg serait une extension.
A côté de cette liaison, d'autres trains de nuit pourraient voir le jour depuis Paris vers Madrid, Rome, Vienne ou Berlin. Êtes-vous prêt à embarquer ? Et est-que cela réveille chez vous, comme chez Jean Castex, des souvenirs de jeunesse ?
Le passé de Gerhard Seifert
À la CDU d'imaginer son centre-ville
Le reste de l'actualité à Hambourg
Une vaccination (pas encore) ouverte...
... alors certains tentent leur chance
300 kms de voies rapides cyclables
Plus de femmes au sommet de la justice
Retour au pays pour le SONNE !
Le son du dimanche · Plongée en noir et blanc
Lisa Who - « Weit wie die See »
Lisa Who - « Weit wie die See »
Mon petit plaisir musical de la semaine aura été la sortie d'un nouveau titre du chanteur soul américain Curtis Harding, « Hopeful ». Mais on est loin de Hambourg ou de l'Allemagne. Si ce n'est l'attrait pour le noir et blanc, que l'on retrouve également dans les clips du nouvel album de la chanteuse Lisa Who et de son single aux accents rock, « Weit wie die See ».
Le son allemand (du dimanche) - La playlist Spotify
Vous avez aimé ce numéro ? N'hésitez pas à le faire savoir ! Vous pouvez transférer la lettre à vos amis et proches, la soutenir financièrement, en parler sur les réseaux ou cliquer sur le bouton « yes » ci-dessous. Merci !
Avez-vous aimé ce numéro ? Oui Non
Arthur Devriendt
Arthur Devriendt @aboketabak

Chaque dimanche dans votre boîte mail, partez à la découverte de la ville de Hambourg, de ceux qui la font vivre et des idées qui l'agitent!

Si vous ne voulez plus recevoir les prochaines mises à jour, vous pouvez vous désabonner ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Created with Revue by Twitter.