Voir le profil

Hambourg comme vous ne la verrez jamais - Un dimanche à Hambourg #13

Arthur Devriendt
Arthur Devriendt
Moin Moin,
Votre semaine s'est-elle bien passée ? Pour moi, elle a commencé par une petite victoire : comme annoncé sur Twitter, le cap des 50 abonnés a été franchi ! Depuis lors, on approche même la barre des 60. Merci à tou-te-s, aux anciens comme aux nouveaux !
Dans ce treizième numéro, vous retrouverez (ou découvrirez) les rubriques habituelles de «Un dimanche à Hambourg». Mais l'auteur de ces lignes y a ajouté deux projets qui lui tiennent à cœur :
D'abord, une plongée dans les archives de la ville, à la recherche des ambitions d'autrefois. Quel visage aurait Hambourg aujourd'hui, si les bâtiments imaginés avaient été réalisés ? Et que dit cette «ville non advenue» sur les visions qui guident responsables politiques, architectes et ingénieurs ?
Le second est le lancement d’une nouvelle newsletter consacrée aux actualités culturelles et des idées en Allemagne : «Feuilleton». Je vous présente plus bas votre nouveau rendez-vous du samedi. Pour ne pas rater le premier numéro, vous pouvez d'ores et déjà vous abonner ici.
Ces projets vous plaisent ? Vous souhaiteriez voir d'autres sujets abordés ici ? N'hésitez pas à utiliser la fonction «répondre» de votre messagerie :) En attendant, viel Spaß beim Lesen et à dimanche prochain !
Arthur Devriendt - twitter : @aboketabak / insta : @dimanche_hambourg

Arthur Devriendt
✌️Le cap des 50 a été franchi !✌️Ma petite newsletter hebdomadaire #UnDimancheÀHambourg compte désormais plus de 50 abonnés ! Fin 2020, j'envoyais le premier numéro à 8 personnes (dont plusieurs personnes de ma famille...). Mais au fait, de quoi s'agit-il ? ⬇️
Hambourg comme vous ne la verrez jamais
Habitant ou touriste, on ne peut s'empêcher, en déambulant dans les rues de Hambourg, de se demander à quoi ressemblerait la ville si elle n'avait pas été détruite en 1943. Aujourd'hui, seuls des témoignages ou récits de voyage, comme celui de Pierre Mac Orlan publié en 1933, nous donne à voir ses anciennes ruelles et impasses.
Si c'est une chose de savoir ce qui a disparu, c'en est une autre de savoir ce qui aurait pu être : que serait devenue Hambourg si Hitler avait gagné la guerre ? Aujourd'hui, quel serait le visage de la ville à l'approche des JO 2024 ? Et si l'Elbphilharmonie n'avait pas vu le jour ?
Au tournant du XXe siècle, un projet de métro suspendu est discuté à Hambourg
Au tournant du XXe siècle, un projet de métro suspendu est discuté à Hambourg
Notre voyage dans les archives – premier d'une série qui sera complétée au fur et à mesure des découvertes – nous emmène d'abord au tournant du XXème siècle. Alors que la ville est en forte croissance démographique, les responsables de l'administration planchent sur la question du transport collectif.
Un tramway ? Un métro souterrain ? Un métro suspendu ? Différentes solutions sont sur la table. Convaincu par l'expérience de Wuppertal, le parlement de Hambourg se prononce en faveur de la solution du «train suspendu» (voir l'image ci-dessus). Une solution aux coûts limités, en l'absence de tunnels à creuser, et adaptée aux nombreux canaux de la ville, mais finalement rejetée par le gouvernement local en 1906.
Réaménagement du port et érection de la «Gauhaus» : Hambourg vue par le régime nazi
Réaménagement du port et érection de la «Gauhaus» : Hambourg vue par le régime nazi
Trente ans plus tard, Adolf Hitler est au pouvoir en Allemagne. Désireux de faire de Hambourg une place centrale de sa stratégie militaire, il signe la loi qui fait de la ville la «métropole» qu'elle est désormais. Au 1er avril 1937, les villes d'Altona, Harburg et Wandsbek sont intégrées à Hambourg.
Un agrandissement avant tout pour faciliter le réaménagement voulu du port. Confié à l’architecte Konstanty Gutschow, ce réaménagement prévoit notamment la construction de la «Gauhaus» : une tour de 250 mètres, au niveau de l'actuel Altonaer Balkon, point de vue réputé sur l'Elbe et le port.
«Alsterzentrum» : un gigantesque projet immobilier porté par la «Neue Heimat»
«Alsterzentrum» : un gigantesque projet immobilier porté par la «Neue Heimat»
Après la guerre et dans une ville dévastée, la société de logements «Neue Heimat» est créée. Active bien au-delà de la seule ville hanséatique, elle réalisera entre 1950 et 1982 plus de 460 000 logements à travers le pays. Jusqu'à ce que les pratiques généralisées de détournements de fonds ne soient révélées par le Spiegel et entraînent sa chute.
En 1961, la «Neue Heimat» présente son projet d'«Alsterzentrum», un énorme complexe immobilier mêlant logements (6500 unités) et surfaces commerciales (470 000 mètres carrés) au bord de l'Alster, avec 16 500 places de parking. Un projet qui ne verra finalement pas le jour sous la pression des commerçants du centre-ville.
Quand Hambourg s'imaginait accueillir les JO 2024 : au centre, le stade olympique
Quand Hambourg s'imaginait accueillir les JO 2024 : au centre, le stade olympique
Déjà candidate malheureuse à l’accueil des JO en 1990 et 2003 (pour les jeux de 2004 et 2012), la ville de Hambourg semblait depuis lors se tenir à l’écart d’une telle ambition. Mais c’était sans compter sur la Chambre de commerce qui, en 2014, pousse pour une candidature aux JO 2024.
Chez les urbanistes, on y voit l'occasion d'accélérer les transformations au sud de la ville. Le stade principal et le village olympique doivent prendre place à Grasbrook (évoqué dans le numéro 10 de la newsletter, «Un air de Bohème sur le port»). Faiblement soutenu par l'Etat fédéral et les milieux économiques, le projet sera finalement rejeté par la population lors d'un référendum en novembre 2015.
«MediaCityPort» : le projet des architectes Benthem Crouwel soumis en 2001
«MediaCityPort» : le projet des architectes Benthem Crouwel soumis en 2001
Inaugurée en janvier 2017 en présence de la chancelière Angela Merkel, l'Ebphilharmonie est la «merveille» de Hambourg dédiée à la musique symphonique avec trois salles de concert, mais également un hôtel, un restaurant ainsi qu’une quarantaine de logements luxueux.
Les 10 années de travaux et le dérapage budgétaire colossal (865 millions d’euros à l’arrivée contre 77 prévus initialement) auront longtemps alimenté la chronique médiatique. Et fait oublier le projet initialement prévu sur place : «MediaCityPort»… un immeuble de bureaux.
«Feuilleton» : les idées qui agitent l'Allemagne
Si vous êtes habitué des médias allemands, vous connaissez certainement la rubrique «Feuilleton», en français dans le texte. Il s'agit des pages culturelles, où l'on retrouve conseils de lecture, actualités du cinéma et débats d'idées (entre nombreuses autres choses).
À partir de début avril, chaque samedi à 9h, recevez directement par mail votre «Feuilleton», ma nouvelle newsletter consacrée aux idées qui agitent l'Allemagne. À travers portraits, interviews, lectures ou reportages, partez à la rencontre de toutes celles et ceux qui font la vie des idées outre-Rhin.
N'hésitez pas à vous abonner dès maintenant pour ne pas rater le premier épisode. Et si vous avez des sujets qui vous tiennent à cœur, n'hésitez pas à m'en faire part !
Retrouvez également «Feuilleton» sur Twitter ou Instagram.
Sur la toile · 20 ans, 48 minutes et 27 000 kilomètres
Le trio de «latinfolk» originaire de Hambourg : Kamasol
Le trio de «latinfolk» originaire de Hambourg : Kamasol
Dans l'attente de pouvoir à nouveau organiser des concerts sur les îles-quartiers de Wilhelmsburg ou de Veddel, le réseau «Musik von den Elbinseln» passe ses formats 48 minutes en ligne. Vendredi prochain, à partir de 18h en accès libre sur Facebook ou Youtube, partez en Amérique du sud avec la folk latine du trio hambourgeois Kamasol.
À bord du navire scientifique SONNE
À la rencontre de la communauté Wikipedia de Hambourg
Le coin des idées · Du journalisme automatique
Dimanche dernier, c'était le coup d'envoi de la «super année électorale» en Allemagne. En Rhénanie-Palatinat et dans le Bade-Wurtemberg, les électeurs étaient appelés aux urnes pour renouveler les parlements régionaux. L'occasion pour le Spiegel, basé à Hambourg, de s'essayer au journalisme automatique.
À côté des analyses générales et de la présentation des résultats globaux, toujours confiées à des humains de chair et de sang, des textes et des infographies ont été générés automatiquement pour présenter les résultats détaillés au niveau de chacun des 122 arrondissements de vote.
Quel est le parti vainqueur sur place ? Quels sont les candidat-e-s qui obtiennent un siège ? Les résultats locaux se distinguent-ils fortement des scores régionaux ? Plutôt que d'offrir seulement un accès aux tableaux bruts des résultats, l'initiative du Spiegel permet au lecteur de prendre connaissance rapidement et facilement de ces éléments-clés.
Siège du Spiegel à Hambourg (AD)
Siège du Spiegel à Hambourg (AD)
«Cela n'a rien à voir avec de l'intelligence artificielle» précise Marcel Pauly, responsable «données» du Spiegel : «les machines n'ont pas été entraînées sur la base d'anciens scrutins […] à écrire elle-même les textes.» Si l'article final, semblable à un article de presse traditionnel, est bien produit par une plateforme (en l'occurence textengine.io), cela repose sur un travail très humain.
L'ensemble des segments de texte, des valeurs à observer et des seuils pour activer tel ou tel élément sont en effet définis par les journalistes. Un travail minutieux qui n'est pas à l'abri d'éventuels faux pas : sur Twitter, un lecteur a fait remonter l'erreur sur le genre d'une candidate.
«Il ne s'agit pas de confier le travail journalistique aux ordinateurs» se défend Marcel Pauly. C'est «une offre supplémentaire, qui complète la couverture traditionnelle» et qui ne serait pas possible sans de tel outils d'automatisation. Cependant, il reste à savoir si le lectorat du Spiegel est intéressé pour des informations aussi localisées… et automatiques.
Et vous, êtes-vous prêt à se voir multiplier les encadrés «Cet article a été généré automatiquement» ?
Scène ouverte aux théories du complot
1600 € pour ne rien faire... vraiment ?
Le reste de l'actualité à Hambourg
Villes cyclables : Hambourg en-dessous de la moyenne
L'approfondissement de l'Elbe est terminé
Une visite du centre de vaccination
Le son du dimanche · Internet
Albrecht Schrader - AFI
Albrecht Schrader - AFI
Albrecht Schrader revient avec un nouveau single. Après son album «Diese eine Stelle», sorti l'année dernière, l'enfant des quartiers chics de Hambourg rejoint la playlist avec AFI : «Arbeit, Freizeit, Internet». À l'heure où les mesures de confinement ont été renforcées aussi bien à Hambourg qu'à Paris, ces trois lettres résument mieux que jamais notre quotidien…
Le son allemand (du dimanche) - La playlist Spotify
Avez-vous aimé ce numéro ? Oui Non
Arthur Devriendt
Arthur Devriendt @aboketabak

Chaque dimanche dans votre boîte mail, partez à la découverte de la ville de Hambourg, de ceux qui la font vivre et des idées qui l'agitent!

Si vous ne voulez plus recevoir les prochaines mises à jour, vous pouvez vous désabonner ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Created with Revue by Twitter.