View profile

Les bouchées créatives d'Anaël Verdier | #9

Revue
 
 

Anael Verdier

December 23 · Issue #9 · View online

Les trouvailles bimensuelles d'Anaël – présentées par ecrire.tv


Une fois par mois, 4 auteurs s'enferment avec moi pour un travail approfondi, intensif et remuant sur leurs textes, leurs blocages, leur créativité.
Le weekend dernier a été particulièrement RICHE d'émotions et de profondeur. Nous avons apporté du sens à des histoires mécaniques, à des projets qui en étaient dépourvus.
Au coeur de ce travail, nous avons rencontré un obstacle important: la peur de l'erreur. C'est oublier qu'être auteur, être créatif, c'est se faire explorateur de l'inconnu. Si vous avez peur de ne rien trouver (ou de ne pas trouver les bonnes choses), vous ne plongerez jamais sans réserve dans l'inconnu et votre créativité sera frustrée, étouffée, malheureuse.
Pour elle, vous vous devez d'accueillir l'erreur (et son cousin, l'échec). C'est l'objet du travail que je vous propose cette semaine.
(Comme je suis en déplacement et que ma connexion est bof bof, cette lettre ne contient exceptionnellement aucune image)

La citation de la semaine
“Because nothing is ever above criticism” | “Parce que rien n'est jamais au-dessus des critiques” (Elisabeth Gilbert, Big Magic)
Quoi que vous fassiez ou ne fassiez pas, quelqu'un trouvera le moyen de vous dire que ça ne lui convient pas. Alors pourquoi craindre l'erreur ? Même si vous étiez parfait, quelqu'un trouverait que c'est trop lisse. L'imperfection, c'est l'aspérité qui permet au Beau de s'exprimer. (cliquez pour tweeter)
Votre boost créatif
Ecrivez une nouvelle ou peignez un tableau ou composez une musique avec comme sujet la notion d'échec et cette contrainte: ce qui semblait un échec se révèle la plus belle des réussites.
Méfiez-vous de vos premières idées: ce sont souvent les bonnes!
Le process créatif n'est pas linéaire. Si vous attendez que l'inspiration vous serve des idées toutes cuites, des histoires toutes écrites, des tableaux tout peints…. Vous êtes certain d'une chose: vous ne créerez jamais rien. La créativité fonctionne par révélations successives, par superpositions du sens, dans une sorte de dialectique du signifiant.
Concrètement: dialoguez avec chacune de vos idées. Prenez-la telle qu'elle vient et ajoutez-lui quelque chose. Identifiez le problème que cela pose (trop explicite ou pas assez). Retirez quelque chose mais conservez quelque chose. Observez comment l'idée de départ s'est amplifiée. Continuez jusqu'à atteindre la juste forme. Vous le saurez parce qu'elle vous saluera avec un grand sourire: “coucou, c'est moi!”
Il y a une circularité dans ce processus. Vous aurez l'impression d'être revenu au point de départ sauf qu'il y aura une différence significative: votre intention sera mieux honorée.
Souhaiter l'erreur
“La plus grave erreur, c'est de n'en commettre aucune”
L'explorateur, par définition, c'est celui qui tâtonne, qui plonge dans l'inconnu avec l'espoir de trouver quelque chose d'intéressant. La grande majorité du temps, il ne trouve rien. Pire, il risque de tout perdre. Mais lorsqu'il découvre un nouveau territoire, un nouveau temple perdu, une nouvelle civilisation oubliée, cela éclaire non seulement sa vie (voilà pourquoi je fais tout ça) mais surtout celle des autres (une fois que la destination est connue, les autoroutes sont bâties).
1) Vous recevez les indices que vous propose votre inspiration et 2) vous suivez les pistes qu'ils ouvrent. 3) Vous enquêtez (=cherchez), allez 4+) un coup trop à droite, 5+) un coup trop à gauche pour 27) finalement trouver (=recevez) le bon chemin. L'erreur n'est pas seulement humaine, elle est créative-créatrice (cliquer pour tweeter). Elle est une nécessité absolue de l'exploration (artistique, créative, créatrice, ou autre).
Ouvrez vos horizons
La BO2 – M –
Votre rapport à l'échec
Les termes sont volontairement laissés à votre libre interprétation. La manière dont vous comprenez les mots que je vous propose doit vous éclairer sur votre rapport à l'échec autant que vos réponses à mes questions.
  • Quand avez-vous échoué pour la dernière fois ?
  • Qu'avez-vous ressenti ? Comment pouvez-vous faire de ces sensations une boussole de votre créativité ?
  • Comment pouvez-vous utiliser cet échec pour vous guider vers la prochaine étape de votre exploration ?
  • Comment l'échec vous a-t-il éclairé sur la réalité de votre intention ? Sur l'efficience de votre méthodologie d'exploration ?
  • Comment pouvez-vous échouer (au sens créatif) davantage dans votre vie ?
C'est tout pour cette semaine...
Cette semaine, nous avons titillé une peur profonde, un obstacle important sur la route de votre créativité. Toute votre scolarité, on a sanctionné vos erreurs, on vous a dressé à redouter l'échec. Ce faisant, on a miné votre créativité, on l'a remisée au placard.
Une démarche créative, c'est une démarche de recherche active de l'erreur. Parce qu'il n'y a qu'en sachant ce que vous ne voulez pas, ce que vous ne devez pas faire, ce qui ne fonctionne pas, que vous découvrirez le chemin de votre réussite (au sens où le projet témoignera de votre profonde démarche d'auteur).
Travaillez activement à modifier vos représentations autour de l'erreur et de l'échec et vous verrez votre créativité s'enflammer sans possibilité de retour.
Anaël Verdier
Did you enjoy this issue?
In order to unsubscribe, click here.
If you were forwarded this newsletter and you like it, you can subscribe here.
Powered by Revue