View profile

Les bouchées créatives d'Anaël – #13

Revue
 
 

Anael Verdier

January 20 · Issue #13 · View online

Les trouvailles bimensuelles d'Anaël – présentées par ecrire.tv


Être perdu fait partie intégrante du processus créatif.
Je crois que si beaucoup d'entre nous redoutons notre créativité, c'est parce qu'elle nous force à passer par ces moments d'incertitude, elle nous oblige – par essence – à plonger dans l'inconnu, à le traverser et à ressortir de l'autre côté avec un peu plus de sens à partager avec le monde.
Les bouchées d'aujourd'hui sont consacrées au flou pour, je l'espère, vous aider à mieux l'accueillir à l'intérieur de votre processus créatif.

La citation de la semaine
“Ce n'est que lorsqu'il ne sait plus ce qu'il fait que le peintre fait de bonnes choses” (Edgar Degas, cité par Julia Cameron dans Libérez votre créativité)
Il y a plusieurs interprétations à faire de cette citation et je vous laisse le soin d'y réfléchir, de l'aborder de manière créative (c'est-à-dire par des biais, sous des angles originaux et inattendus). Je la lis aujourd'hui à travers le filtre qui m'intéresse dans cette lettre: créer c'est ignorer ce que l'on fait.
Comme je le dis souvent à mes clients: il n'y a que lorsque vous l'aurez écrit que vous saurez de quoi votre livre parle.
Voilà à quoi ressemble la créativité
Comment la représenteriez-vous ? Quel sens donnez-vous aux différents éléments de cette image? Comment justifiez-vous la clarté du ciel alors que nous parlons de confusion ? Ah! Ecrivez, dessinez, méditez, composez… à partir de cette image et de tout ce qu'elle dit de nos processus créatifs…
Aimer la confusion
Pour créer librement, vous devez apprendre à aimer et à rechercher cette période d'incertitude et de flou qui accompagne l'acte créatif. Le moment où vous lâchez prise pour vous abandonner au flux et aux idées qui peuvent vous traverser spontanément, où vous entrez dans la maîtrise plutôt que dans le contrôle, c'est là qu'apparait la meilleure créativité.
Souvenez-vous d'une anecdote dans votre vie où vous vous êtes senti confus. Comment était-ce ? Décrivez la situation avec un maximum de détails.
  • Comment vous sentez-vous quand vous traversez une phase confuse ?
  • Quelle est votre réaction face à la confusion ?
  • A quel moment la confusion disparaît-elle ?
  • Quel est l'état qui la remplace ?
  • Comment pouvez-vous utiliser ces réponses pour arriver plus vite au moment où la confusion disparaît ?
  • Pouvez-vous faire que la confusion elle-même soit empreinte de clarté ?
Elargissez vos connaissances et compétences
Apprendre est un excellent moyen d'apprivoiser la confusion. Pour apprendre quelque chose il faut commencer par ne pas savoir, ne pas savoir faire cette chose. Et il faut bousculer vos modèles de réalité, vos croyances et vos représentations pour faire de la place à de nouveaux.
Si cela se termine par un changement, cela commence surtout par une grande phase de doute et de confusion, de flou total. Quand vous apprenez, vous faites sans comprendre ni pourquoi ni comment ni quel résultat cela aura. Exactement comme lorsque vous créez.
Réapprendre à apprendre
La lecture de la semaine
Lire Punk Rock Jesus c'est se frotter la confusion à de multiples niveaux (confusion des personnages, de ce qui leur arrive, du sens à donner à tout ce qui se déroule…).
Le conseil de Mathilde
Mathilde Aimée (lisez son blog, il est top!) nous recommande de lire L'Espèce Fabulatrice de Nancy Huston, un livre sur l'écriture, le travail du romancier et la place des histoires dans la vie. Il suffit d'un pas pour penser storytelling, réfléchir à la mise en scène de soi, et à la place de la créativité dans le regard que l'on porte sur sa propre histoire.
Ce qui m'amène à ajouter ceci: chaque fois que vous lisez quelque chose, regardez entre les lignes mais ne pensez pas que ce soit toujours l'auteur qui y ait caché du sens, c'est aussi vous qui l'apportez (pour approfondir, lire Umberto Eco, “Ecrire de Gauche à Droite” in, Confessions d'un jeune romancier)
C'est tout pour cette semaine
La créativité n'est pas une activité linéaire, c'est une série de tours et détours, de virages en épingles à cheveux et de tunnels sombres dont il semble parfois impossible de sortir.
Tant que vous chercherez à contrôler cette réalité, vous vivrez une version réduite de votre créativité. Apprivoisez ces mouvements, aimez ces zones de flou et de tâtonnement et vous entrerez dans une créativité libérée, affranchie de tout jugement et de tout frein.
J'espère que les quelques exercices de cette semaine vous aideront à vous en approcher.
Comme chaque semaine, partagez cette lettre sur les réseaux sociaux et auprès de vos amis, et n'hésitez pas à m'envoyer vos commentaires, vos découvertes (les articles, les vidéos, les livres qui parlent à votre créativité). Peut-être que je les partagerai ici!
Anaël Verdier
Did you enjoy this issue?
In order to unsubscribe, click here.
If you were forwarded this newsletter and you like it, you can subscribe here.
Powered by Revue