View profile

Bouchées créatives #8 – par Anael Verdier

Revue
 
 

Anael Verdier

December 16 · Issue #8 · View online

Les trouvailles bimensuelles d'Anaël – présentées par ecrire.tv


Cette semaine, j'ai réfléchi à cette newsletter. Au rôle que je voulais qu'elle joue et comment elle s'intègre à l'écosystème de mon enseignement et de mon écriture. Je ne la veux pas en redondance mais en expansion.
Les Conseils du Dimanche servent à approfondir une idée précise, à déclencher une réaction explosive à même de transformer radicalement votre rapport à l'écriture, à la créativité, et à la vie. Cette newsletter est l'inverse.
Pas de big bang ici mais de petites étincelles de vie, des petits souffles créatifs, des bouchées que vous pouvez manger une à une ou toutes d'un coup. Mais ce petit feu brûle les amarres de votre créativité, réduit peu à peu vos résistances en cendre, à votre insu.
Cette semaine, Anaïs, de la Fabrique du Sens, se joint à moi pour vous proposer cette newsletter.

La citation de la semaine
“Garder en honneur une chose qui ne réussit pas, précisément parce qu'elle n'a pas réussi, voilà qui serait bien plutôt conforme à ma morale” (Nietzsche, Ecce Homo)
Créer, c'est tenter. C'est se jeter dans le vide. C'est plonger sans repérage. C'est s'aventurer sur un chemin sans carte. Cela implique de se tromper. Souvent. D'échouer (mais est-ce toujours échouer lorsque l'on ose ?). Être créatif, c'est célébrer les “choses qui ne réussissent pas” comme la preuve de votre vie créative.
Votre boost créatif
Construisez le début d’une nouvelle intitulée Le feu et la glace qui parlera du rapport homme/femme celui de votre intime ou celui d’une rencontre amoureuse…
Questions pour votre *à-venir* créatif
  • Quelles sont les trois émotions que vous voudriez vous faire vivre le plus souvent et le plus intensément, dans l’idéal ?
  • Si vous étiez constamment connecté à votre créativité la plus vive, vous vous sentiriez comment ? Qu’est-ce qui n’existerait plus ? De quoi seriez-vous à jamais débarassés ?
  • S’il ne vous restait qu’une journée à vivre, où iriez-vous exactement ? Dans quel endroit de la planète ? Décrivez le plus précisément possible le paysage, les odeurs, les couleurs, les sons, les lumières, les émotions et les sentiments qui se manifestent ?
  • Si on vous rencontrait dans votre état de créativité maximale, de quoi ferait-on alors l’expérience ? 
Et si vous tombiez amoureux de votre créativité ?
“L’homme qui éprouve [l'état amoureux] a l’impression qu’il est dominé par des forces qu’il ne reconnaît pas comme siennes, qui le mènent et, dont il n’est pas maître (…) il se sent transporté dans un monde différent de celui où s’écoule son existence privée. La vie n’y est pas seulement intense, elle est qualitativement différente (…) L’individu se désintéresse de lui-même, se donne tout entier aux fins communes (…) Ces forces éprouvent le besoin de se répandre pour se répandre, par jeu, sans but… A ces moments, il est vrai, cette vie plus haute et vécue d’une telle intensité et d’une manière tellement exclusive qu’elle tient presque tout la place dans les consciences, qu’elle en chasse plus ou moins complètement les préoccupations égoïstes et vulgaires” (Emile Durkheim repris créativement par Alberoni). 
Tomber amoureux de la créativité, apprendre à aimer et à désirer chacun de ses mouvements, chacun de ses élans, même les plus capricieux, ouvre la porte à l'abandon.
Il est intéressant de noter que cette citation elle-même est l'effet de la créativité à l'oeuvre puisque la citation originale parlerait des mouvements historiques comme la révolution française. Alberoni y a reconnu ce qu'il cherchait à décrire et s'est associé à cette citation, non pas en la détournant mais en lui donnant de l'expansion, en lui ajoutant un surplus de sens.
C'est ce que fait la créativité lorsqu'elle est épanouie: elle ajoute du sens. 
Reserved
Un tout petit mot. Un adjectif de rien. Qui, si vous l'inscrivez au marqueur indélébile dans votre agenda, peut faire la différence entre inviter la créativité dans votre vie, en en faisant la complice de tous vos instants, ou vivre sans elle, en la remettant toujours à demain.
En début d'année, de mois, de semaine, rayez une journée, une matinée, un bloc de temps que vous vous réservez. Que vous réservez à votre pratique créative. C'est comme un rendez-vous avec vous-même. Précieux et indispensable.
Conseil aux bloggers et autres esprits créatifs
Soyez intenses. N'écrivez pas juste pour écrire. Ne vous limitez pas, dans l'ampleur de votre discours ou dans l'ampleur de sa forme. Qu'est-ce qui pourrait vous limiter ?
  • La fatigue 
  • Ce que vous croyez que vos lecteurs attendent ou espèrent
  • Ce pour quoi vous craignez que l'on vous juge
Si vous êtes créateur, personne ne peut attendre ou espérer ce que vous avez à offrir au monde. Vous serez toujours ailleurs que là où l'on vous attend. C'est la définition même de la créativité.
Et personne n'est légitime pour juger votre art.
Réflexions pour la semaine
A quoi sert la créativité ?
Cette semaine, j'ai posé pour vous une grosse brique vers cette réponse. La créativité sert à enrichir le sens.
Le sens de nos vies, le sens de nos actions (être créatif, c'est agir en pleine conscience, en pleine intention), et le sens du monde (d'autres, ensuite, s'emparent de nos élans créatifs pour nourrir les leurs, pour pousser plus loin).
Réfléchissez à ce que fait la créativité dans votre vie. Pourquoi elle est là, à quelle fin, ce qu'elle vous apporte… 
Passez une bonne semaine, 
Anaël
Merci à toi, Anaïs, pour le sens que tu as fabriqué cette semaine avec nous.
Did you enjoy this issue?
In order to unsubscribe, click here.
If you were forwarded this newsletter and you like it, you can subscribe here.
Powered by Revue