Voir le profil

La newsletter de Sébastien - Numéro #5

Revue
 
Bonjour, Hier soir j'ai pu goûter pendant une heure aux joies des bouchons parisiens, 1h pour faire 2
 

La newsletter de Sébastien

6 novembre · Numéro #5 · Consulter en ligne
#société, #industrie, #musique, #informatique, #podcast, #random, #devperso, chaque jour un partage. Enjoy !

Bonjour,
Hier soir j'ai pu goûter pendant une heure aux joies des bouchons parisiens, 1h pour faire 20km youhou…
Personnellement je suis partiellement en télétravail…
(oui partiellement, car 3-4j/5 chez des clients à x centaines de km de chez moi)
…et clairement je suis incapable de revenir en arrière, j'en suis même a me poser la question du pourquoi certaine entreprise dans l'informatique ne sont pas complètement distribuée…
Alors c'est parti pour quelques liens qui vont peut-être vous faire rêver sur le télétravail.

Télétravail
Et puis franchement télétravail c'est moche comme terme, remote c'est beaucoup plus classe, je suis donc en remote (… le vendredi )
Alors étape 1, on trouve les arguments qui font mouche
Travailler à distance : 4 arguments pour convaincre ton boss
Ha ce sacré Jean-Michel…
étape 2: une entreprise 100% en télétravail c'est possible
Buffer, société 100% en télétravail dans 16 pays
Ha oui par contre certain n'y croit pas tellement, tout comme Marissa Mayer chez Yahoo en son temps en 2017 il y eut IBM, ironie du sort ils viennent d’acquérir RedHat qui me semble-t-il est (était ?) une entreprise il me semble avec une forte présence de remote worker
Fin du télétravail chez IBM ? Big Blue voudrait contraindre ses employés travaillant à distance à rejoindre ses sites ou quitter l'entreprise
Enfin nous terminons avec quelques aigris, je ne sais pas il ne doivent pas avec le droit de faire du remote chez Capital…
Mais il faut dire que l'argument tient la route, nous sommes les derniers au courant des potins de la boite, naissance, accidents, paris sportifs, pots au bureau …
Mais je pense pour moi que au contraire c'est une panacée :)
Télétravail, et si finalement ce n’était pas la panacée ?
Sur ces bonnes paroles, je vous laisse et vous dis merci et à demain.
Avez-vous aimé ce numéro ?
Si vous ne voulez plus recevoir les prochaines mises à jour, vous pouvez vous désabonner ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Propulsé par Revue